Sous le couvert de la défense du Mali : Le FSD et la COFOP s’unissent contre IBK

6

Pour combattre le pouvoir d’IBK, les deux entités politiques, le FSD et la COFOP font cause commune. Déjà, des actions communes ont commencé à travers une conférence de presse.

Le Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) et la Coalition des forces patriotiques (Cofop) ont transcendé les divergences politiques pour défendre le Mali, expliquent les responsables des deux coalitions. « Le combat continuera jusqu’à la libération totale du pays », précise l’honorable Soumaila Cissé.

Le Front pour la sauvegarde de la démocratie et la Coalition des forces patriotiques ont animé une conférence de presse jeudi 15 novembre pour annoncer les raisons de leur démarche et les actions futures. « L’union du Front pour la sauvegarde de la démocratie et la Coalition des forces patriotiques est pour le Mali. C’est une question au-delà de personne. De Gao à Diabali en passant par Macina, le pays est en train de nous échapper progressivement. Le nouveau projet de découpage administratif en cours est une bombe à effet de souffle.

Il risque de détruire le Mali. Les consultations en cours initiées par le Premier ministre sont justes de formes. Pourtant, il y a une impérieuse nécessité de rencontrer les Maliens. Le problème se situe à plusieurs niveaux. Les populations de Koro sont aujourd’hui à Bamako pour plaider l’érection de leur cercle en région. Bla, c’est le même constat. Pour nous, c’est un problème de trop», explique Housseini Amion Guindo.

Pour les initiateurs de la conférence de presse, ceux qui marchent sur la constitution ne peuvent pas parler du droit. Pis, ils estiment que le gouverneur n’autorise pas la marche. En la matière, il est informé pour l’encadrement de la manifestation, ajoute notre interlocuteur.

Profitant de la tribune, Me Hassan Barry est revenu sur la situation sécuritaire au centre. « Il faut que cela soit clair. La France et la force Barkhane ne sont pas au Mali pour sa sécurité. C’est pourquoi, la crise est toujours dans notre pays », a expliqué Me Hassan Barry, ajoutant que l’Etat a sous-traité la sécurité du pays en recrutant des chasseurs. « Les raisons étaient purement électoralistes. Tous les villages qui n’étaient pas favorables au régime actuel ont été terrorisés. Les opérations de votes ont été sécurisées par les chasseurs au centre. Tous les ingrédients sont réunis pour le génocide. Les villages ont été brulés. Les troupeaux ont été retirés y compris les biens économiques et nature. Il faut lutter contre ce leader qui favorise un tel acte », soutient Me Barry, membre du FSD.

‘’Le Front pour la sauvegarde de la démocratie et la Coalition des forces patriotiques ont transcendé les divergences politiques pour défendre le Mali’’, explique Soumaila Cissé.

Et de promettre que le combat continuera jusqu’à la libération totale du pays. « Nous ne pouvons être complices de la partition du pays. Tous les ingrédients sont réunis pour le morcellement du Mali. Faut-il garder silence ? Que dirons-nous face à l’histoire ? Avons-nous assuré réellement notre mission ? », s’interroge Soumaila Cissé.

Pour lui, rien n’arrêtera la marche citoyenne. A travers cette sortie, le FSD et la COFOP regardent dans la même direction et l’objectif commun est de s’opposer aux actions du pouvoir en place. .
Bréhima Sogoba

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here