Financement du secteur privé au Mali : La BAD accorde un crédit de 30 millions d’euros à la BDM SA

0

L’information émane du Département de la Communication de la Banque africaine de développement (BAD). Ce financement dotera la Banque de Développement du Mali (BDM-SA) en ressources nécessaires pour appuyer l’expansion d’entreprises maliennes (le secteur privé malien a bénéficié de 70% des interventions de la BDM-SA) et notamment les petites et moyennes entreprises (PME) opérant dans des secteurs pourvoyeurs d’emplois.

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement a approuvé une ligne de crédit de 30 millions d’euros en faveur de la Banque de Développement du Mali (BDM-SA), en vue de procurer des financements sur le long terme à sa clientèle, et de répondre à leurs besoins d’investissement. La clientèle de la BDM-SA est constituée aussi bien de grandes que de petites et moyennes entreprises (PME) opérant dans des secteurs réputés être à haute intensité de main d’œuvre, tels que l’agro-industrie et le logement social.

L’opération va prendre en compte les priorités stratégiques de la Banque africaine de développement et dédier au moins 15% de la facilité aux femmes entrepreneurs. Elle est également en conformité avec la politique du secteur financier du groupe de la Banque, ainsi qu’avec sa stratégie en matière de développement du secteur privé.

Présentant le projet au Conseil, Stefan Nalletamby, directeur du département du développement du secteur financier, a souligné la pertinence de la BDM-SA, partenaire de choix pour la mise en œuvre des politiques de la Banque africaine de développement, en matière de financement des PME dans un contexte de pays en transition.

Le financement dotera la BDM-SA en ressources nécessaires pour appuyer l’expansion d’entreprises maliennes (le secteur privé malien a bénéficié de 70% des interventions de la BDM-SA) et notamment les PME opérant dans des secteurs pourvoyeurs d’emplois. Cette opération aura un impact substantiel sur le développement avec notamment la création d’au moins 1000 emplois ; la production de 500 logements sociaux ; l’aménagement de 1000 hectares de terres agricoles et l’allégement des contraintes financières et l’accès aux ressources longues des PME ainsi que des grandes entreprises financées par la transaction.

L’on affirme que le projet est en parfaite adéquation avec quatre des cinq priorités (« High 5») déclinées par la Banque, à savoir l’accès pour l’Afrique et ses populations à l’électricité, l’autosuffisance alimentaire, l’industrialisation et l’amélioration du cadre et de la qualité de vie.

Mahamane Maïga

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here