Le choc de l’albinisme

6

Bamako le 16 novembre 2018. Antoine Gliksohn de Genespoir, une association française de défense des albinos, a fait un exposé sur le thème «Les problèmes auxquels font face les personnes atteintes d’albinisme». «L’albinisme ce n’est pas une maladie, l’albinisme ce n’est pas contagieux. On associe traditionnellement l’albinisme à des personnes qui ont la peau et les cheveux blancs. Le nom albinisme vient du mot latin albus qui veut dire blanc. Albinisme c’est une infection génétique rare et universelle.

On trouve les personnes albinos dans tous les groupes humains, dans toutes les régions du monde. Globalement, on peut penser que la fréquence de l’albinisme est assez souvent sous-estimée ; il est vraiment temps de mener plus d’études sur le sujet pour avoir une vision précise de la situation. La pigmentation, la mélanine c’est ce qui constitue notre protection naturelle contre les rayons UV du soleil. Ces rayons ultra-violets qui sont dangereux pour notre peau. Il est très important que les personnes albinos se protègent contre le soleil. Les personnes albinos ont tous en commun une déficience visuelle, elles voient mal de loin comme de près. Si on se protège correctement la peau, l’expérience de vie d’une personne albinos va être la même que celle du reste de la population.»

Le CDR assure

Lors du grand concert gratuit organisé le samedi 17 novembre à Fana, pour rendre hommage à la petite Ramata Diarra, albinos assassinée le 13 mai 2018, le CDR de Fana a joué un grand rôle dans l’organisation de l’événement. Selon les organisateurs, la manifestation a réuni plus de 5000 personnes, une première en matière de mobilisation à Fana. Les jeunes du CDR ont veillé au grain, les sorties et les entrées dans les allées entre le public. La très dynamique équipe a fait de son mieux. Les agents de police, la garde nationale et les gendarmes étaient tous sur place et dans les alentours du stade de football de Fana. À l’intérieur, le CDR et ses jeunes braves ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Il n’y a eu aucune bousculade encore moins de tension entre les gens. Bravo aux jeunes du CDR Fana ! À signaler que Ras Bath était au concert mais n’a pas voulu se présenter publiquement.

Encore le Moc

Un officier du Moc (Mécanisme opérationnel de coordination) a été assassiné à Tombouctou. Moulaye Touhami était sur une moto avec un autre élément du Moc le dimanche peu avant 11 heures, lorsqu’il est surpris par des hommes armés à bord d’un pick-up de couleur blanche. Armé, Moulaye a tenté de se défendre, mais ses assassins étaient déjà en avance sur lui. Son camarade qui le conduisait a pu s’échapper grâce à un camion de couleur orange qui lui servait de rempart. Des témoins indiquent qu’il est revenu quelques minutes plus tard, habillé en civil, pour voir dans quel état se trouvait son camarade. Mais il était trop tard. C’est la énième fois qu’un officier du Moc ou des Fama est assassiné en pleine ville. Les populations de Tombouctou exigent le désarmement de tous les groupes armés.

Gao dit non

Depuis les événements douloureux de janvier 2012, le peuple malien, à travers des dignes fils, a répondu à l’appel du Mali. Ces dignes fils, debout sur les remparts, se sont sacrifiés pour l’honneur du Mali. Leurs efforts soutenus ont surtout hissé le drapeau du Mali. Outre la résistance civile, la lutte par les armes a été déterminante, à Konna, à Tabankort, etc. Ainsi, les mouvements de la plateforme ont redonné espoir au peuple. Toujours fidèles à leur combat, les mouvements de la plateforme (Cmfpr1, Cmfpr 3, le Gatia, le Maa) et CMFPR 2 de la Cma ont dit une fois encore non à une politique haineuse incarnée par un découpage territoriale inique, qui risque de mettre le pays sur la voie du déclin. «Nous prenons les communautés africaine et internationale à témoin et lançons un vibrant appel au peuple malien de se dresser comme un seul homme et à apporter aide et assistance à ces hommes et femmes qui ont décidé de protéger notre unité et notre cohésion nationale par le sacrifice ultime», disent-ils. Ces groupes armés sont opposés au découpage territorial dans la région de Gao et avec la société civile ont empêché la tenue des concertations à Gao.

Félicitations aux Aigles

Le samedi 17 novembre 2018 est désarmais inscrit dans les annales du football malien, parce que c’est ce jour que les Aigles du Mali ont battu le Gabon à domicile 1 but à zéro pour se qualifier à la CAN 2019 au Cameroun. Félicitations aux Aigles et à leur entraîneur intérimaire malien Magassouba. Cet entraîneur avait été vilipendé avant même le dernier tour. Nous avons rarement vécu ça au Mali, alors qu’on était habitué aux calculs compliqués avec des équations en tout genre durant les éliminatoires. Bravo à Magassouba de nous avoir préservés de la déprime.

Encore de la barbarie

Après le 2 juin 2018, à l’intérieur du siège de l’ADP-Mali, on a assisté à une nouvelle barbarie de la part du régime incarné par IBK. Le vendredi 16 novembre, les partis politiques d’opposition voulaient faire leur meeting sur le découpage territorial suite à leur conférence populaire de la veille au Palais de la culture Amadou Hampâté Bah. Les forces de l’ordre avaient envahi la Bourse du travail bien avant l’arrivée des militants de l’opposition. Venus tous dans un car, les leaders de l’opposition, à peine descendus du car et le temps d’échanger avec les responsables des forces de l’ordre, ont été gazés. Faisant plusieurs blessés dont le plus grave est l’honorable député Amadou Araba Doumbia du parti Sadi élu à Niono. Il fut admis à la Clinique Pasteur. Cette barbarie n’est pas à encourager, elle est contraire aux principes démocratiques.

Niono en colère

Très populaire à Niono, député exemplaire, l’agression par les forces de l’ordre de leur député a courroucé la jeunesse de Niono. Elle a envoyé une délégation à Bamako pour s’enquérir de l’état de santé de l’élu, puis échanger avec les responsables du parti Sadi. En plus des jeunes, le cercle de Niono même a envoyé une délégation. Niono se prépare à organiser une grande marche. Pour cette marche, toutes les populations des différentes communes ont décidé d’apporter leur soutien. Les paysans des zones de l’office du Niger y participeront en solidarité avec le député du parti Sadi qui est réputé très dévoué à la cause de toutes les populations du cercle de Niono. Les femmes ne sont pas restées en marge, pour elles, l’honorable Doumbia a toujours été à leurs côtés et de façon désintéressée.

Le Mali des défis

Une opposition radicale, une majorité sourde, un pays en crise avec des défis à surmonter qui sont nombreux et énormes. Certains Maliens en ajoutent tous les jours, alors que les anciens problèmes ne sont pas réglés. Les problèmes dans l’éducation consécutifs à des réformes inopportunes, les problèmes dans l’armée avec sa politisation à outrance causant l’indiscipline et la non maîtrise des hommes par un commandement très éloigné de la troupe. Et avec une politique d’équipement sur mesure pour ne pas offenser la métropole. Sinon, un pays vaste comme le nôtre a besoin d’avions rapides et de longue portée.

L’Occident ne nous en vendra pas, cela est certain. Ou alors la Russie ? Cette route est interdite au Mali. Sinon comment comprendre que depuis l’avènement de la 3ème République, aucun président malien ne se soit rendu à Moscou ? En tout cas, tout concourt à ce que le Mali ne puisse disposer d’une réelle capacité pour défendre son terroir. Que de problèmes dans les secteurs de la santé, de la justice, l’absence de l’Etat dans beaucoup de parties du pays. Comme si ces défis n’étaient pas suffisants, on en crée encore avec ce projet de nouveau découpage. Beaucoup de problèmes vont encore surgir.

Diabaly perd 2 soldats

Le 14 novembre 2018, dans le cercle de Niono, dans la localité de Diabaly vers Sokolo, une position des Fama (Forces armées maliennes) a été attaquée. Le bilan provisoire côté Fama fait état de 2 morts et 1 blessé. Les assaillants après leur crime ont repris le même chemin qu’ils avaient emprunté en venant. L’armée a fait une poursuite sans succès. Par ailleurs, dans la région de Tombouctou, il y a eu des échanges de tirs à Ntahaka le 18 novembre 2018 vers 04h30. Les assaillants ont refusé d’obtempérer à la sommation des forces armées maliennes. Il y a eu des blessés qui ont par la suite été soignés par la force Barkhane.

Le TAS tranche enfin

Après la CAF et la FIFA, la roue implacable de l’histoire vient de redonner raison à Poulo. Que Dieu est Grand ! Contre vents et marées, l’ex-ministre des sports s’est accroché de façon désintéressée à la vérité. Malgré la pression de l’Assemblée nationale, de certains membres du gouvernement et même du Premier ministre, il a tenu bon. Guidé par sa conscience et la crainte de Dieu, il n’a jamais accepté de marchander ses convictions. La décision du TAS apparaît aujourd’hui comme un soulagement pour l’homme et son entourage. Car le retour à l’AG de 2015 est un désaveu pour tous les soutiens de Baba et Bavieux. Ils diront certainement que le Tas est corrompu comme ils l’ont dit de la CAF et la FIFA, puisque le ridicule ne tue plus au Mali. Tôt ou tard, ils demanderont pardon, pas à Poulo, mais pour pouvoir prier et dormir tranquilles. Ce jour, ils rendront des comptes au peuple qu’ils ont berné pour leurs intérêts personnels.

S’il le savait ?

L’honorable Amadou Araba Doumbia, loin de savoir ce qui l’attendait à la Bourse du travail, était de ceux qui avaient reçu le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga au siège du parti Sadi, vendredi matin. Et pourtant, au cours de cette rencontre, Oumar Mariko a rappelé au PM, le sens de leur lutte de 91, et a expressément demandé au PM de permettre l’expression démocratique des libertés, et particulièrement de ne pas empêcher la tenue du meeting en lui disant qu’il était pacifique et comme en 91, si l’État ne sévit pas, les responsables de ce genre d’activités peuvent toujours contenir leur manifestation.

Il est important de dire que le PM a écouté sans entendre, et la cible n’était pas seulement Doumbia, gazé malgré son badge, mais Dieu veille et bien que légèrement atteint, Mariko a joué à l’apaisement pour éviter le pire. Ce, avec d’autres responsables, ciblés également, car rien n’est plus dangereux qu’une vague humaine déchaînée, et ce pouvoir joue avec des allumettes dans une maison en paille. Son état reste stable, une suture est envisagée au niveau de la bouche, et il est touché au niveau du crâne, des yeux et d’autres lésions sont signalées. Presque tous les leaders de la COFOP et du FSD, l’Adéma-Association et plusieurs personnalités lui ont rendu visite.

Une lâche attaque terroriste

L’ignoble attentat à la voiture piégée, perpétré le 12 novembre à Gao, a fait plusieurs victimes. Ces victimes innocentes étaient des habitants de Gao sans défense, parmi eux des femmes et de très jeunes enfants gravement blessés. Il y avait également des contractants civils de la Minusma venus à Gao pour aider à sauver des vies et porter assistance aux populations.

Cette attaque, qui a été revendiquée comme une attaque contre des forces étrangères, n’a visé principalement que des civils maliens, majoritairement des femmes et des enfants de 9 mois à 14 ans. Il n’y a dans ces actes aucune fierté ou acte de courage à revendiquer, mais plutôt une lourde responsabilité qu’il faudra assumer aux yeux du monde et surtout auprès du peuple malien.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here