Congrès du SYNTADE : Le renouvellement du bureau en vue

0

Le 13è congrès ordinaire du Syndicat national des travailleurs des administrations d’Etat (SYNTADE) avait été annoncé sur fond de division. Hier, jeudi, les faits effectivement laissé transparaître des divergences puisque certaines sections auraient boycotté les assises. La cérémonie d’ouverture était présidée par la ministre du Travail et de la Fonction publique, chargé des Relations avec les Institutions, Mme Diarra Raky Talla, en présence du secrétaire général du SYNTADE, Yacouba Katilé, secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM). Au cours de ce congrès, l’organisation syndicale des travailleurs de l’administration d’Etat devrait renouveler ses instances et examiner des rapports. Les participants travailleront au maintien de la cohésion à travers une révision des statuts et du règlement intérieur.

Ils analyseront également les pratiques qui fragilisent ou qui sont susceptibles de briser l’équilibre et la force de l’organisation syndicale. Le secrétaire général du SYNTADE a tenu à préciser que le bureau exécutif de son organisation est fidèle aux mots d’ordre de l’UNTM qui a fixé le calendrier des renouvellements. Partout, la souveraineté des instances a été reconnue, excepté dans de rares sections dont les renouvellements demeurent non résolus.Le syndicaliste a aussi indiqué que le bureau exécutif du SYNTADE a décidé de transférer la résolution des crises existantes à l’instance suprême. Il s’agit du congrès qui, seul, peut valider tel ou tel bureau. Pour le déroulement du congrès, il a expliqué que les participants devront avoir à l’esprit que près de 20 ans de direction, non démocratique et non statutaire, ont plongé certaines de nos structures dans la sclérose, la paralysie et la discrimination. « Cet état de fait est à l’origine de démissions et auto-exclusions. Il fallait mettre fin à cet engrenage» a-t-il estimé.

Yacouba Katilé a également rappelé que les statuts de l’UNTM et des syndicats nationaux, depuis juillet 1963, ont prévu l’envoi des documents des congrès dans les bases à des délais précis (15 jours pour l’UNTM, 30 jours pour le SYNTADE). Les mêmes statuts, dit-il, établissent qu’un conseil se tient à 24 heures du congrès afin d’apprécier les rapports statutaires, sauf celui de la commission de contrôle présenté seulement aux congressistes. «Comment dans ces conditions, envoyer 15 jours ou 30 jours à l’avance des rapports dans les bases alors que les conseils doivent préalablement les apprécier ? », s’est exclamé M. Katilé, avant de conclure en ces termes : «vous devez corriger toutes les impasses afin que le SYNTADE puisse faire des propositions équilibrées au prochain congrès de l’UNTM». La ministre Raky Talla a noté que le congrès s’inscrit dans le respect des textes de base qui régissent l’activité syndicale, non seulement au Mali mais aussi partout dans le monde, conformément aux conventions internationales que nous avons ratifiées avec l’Organisation internationale du travail. «C’est vrai qu’il y a beaucoup de difficultés», a-t-elle souligné. Par ailleurs, la ministre du Travail et de la Fonction publique a précisé que c’est un processus à encourager parce qu’il n’y a pas que les revendications.

La stabilité sociale et celle des organisations syndicales passent aussi par le respect de la mise en œuvre des dispositions légales, a-t-elle relevé. «Vu le contexte actuel, il est important que les syndicats respectent l’ensemble des dispositions statutaires en renouvelant leur bureau, conformément aux textes qui les régissent», a dit Raky Talla, avant de féliciter les organisateurs et les rassurer de l’accompagnement du gouvernement.
Mohamed Z.
DIAWARA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here