DDR/intégration accéléré: au pas de caméléon

9

Le Bureau de la Communication Stratégique et de l’Information Publique de la MINUSMA a animé ce jeudi son traditionnel point de presse à son QG à Badalabougou. Occasion de faire l’état des lieux du DDR/Intégration accéléré et pour la nouvelle Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général de l’ONU, Mme Joanne ADAMSON, de décliner ses priorités.

A l’entame de cette conférence de presse, Mme Myriam Dessables, Porte-parole de la MINUSMA, la a fait le point des activités réalisées par la Mission au cours des deux dernières semaines.

De son intervention, il ressort que la MINUSMA a fermement condamné l’attaque terroriste de lundi soir à Gao où l’explosion d’un véhicule piégé a causé la mort de nombreux civils et fait de nombreux blessés. La MINUSMA déplore le fait que cette attaque qui a été revendiquée comme un acte contre des forces étrangères a visé principalement des civils maliens, majoritairement des femmes et des enfants, de 9 mois à 14 ans. «Il n’y a dans ces actes aucun acte de courage ou de fierté à revendiquer, mais plutôt une lourde responsabilité qu’il faudra assumer aux yeux du monde, et surtout auprès du peuple malien», précise la porte-parole de la MINUSMA.

S’agissant du Désarmement, Démobilisation, Réinsertion socio-économique, (DDR), et Intégration accélérés des combattants du MOC, la conférencière a rappelé que ce 6 novembre 2018 a eu lieu à Gao, le lancement officiel du processus. Le lancement de cette opération, a-t-elle fait savoir, s’inscrit dans de la Feuille de route de mars 2018 adoptée par les parties lors d’une réunion du Comité de Suivi de l’Accord (CSA). Ce document, faut-il le rappeler, avait demandé aux parties signataires de donner un nouveau chronogramme pour les actions prioritaires à mener. Parmi ces actions : l’intégration des combattants du MOC (Mécanisme Opérationnel de Coordination).

L’Accord pour la paix prévoit globalement un programme national de DDR, ainsi qu’un programme d’intégration des combattants qui répondent aux critères (agréés par les parties) au sein des Forces de Défense et de Sécurité du Mali.

Dans la cadre de ce processus, 1 600 combattants des trois régions sont concernés.

Faisant le point des activités DDR-I accéléré, à la date du 14 novembre, Mme Myriam DESSABLES, a indiqué:

À Kidal, le 6 novembre, à l’issue du lancement officiel, les travaux d’enregistrement des combattants ont immédiatement commencé. Ce sont 400 combattants issus des Mouvements signataires de l’Accord qui sont concernés par ce processus sur lesquels 43 combattants ont été enregistrés et 200 combattants ont débuté le processus.

A Gao, le 9 novembre, l’enregistrement a commencé en présence des représentants des Commissions nationales de DDR et d’Intégration. Dans la Cité des Askia, 600 combattants sont concernés par l’opération, dont le commandant Moussa Ag Najim de la CMA qui a été le premier à déposer son pistolet automatique devant les officiels.

Depuis le début du processus, 164 combattants sont maintenant enregistrés dans la base de données et 104 ont commencé le processus d’enregistrement.

Enfin, à Tombouctou, 98 combattants sont enregistrés et 72 ont terminé toutes les phases du processus.

De son côté, Mme Joanne ADAMSON, ancienne ambassadrice du Royaume-Uni au Mali et au Niger, a déclaré : « c’est un retour et un retour heureux pour moi au Mali, avec une nouvelle casquette ».

Selon elle, il y a beaucoup d’intérêt pour les affaires maliennes à New York, non seulement de la part du Conseil de Sécurité, mais aussi, des États membres et des organisations de l’ONU.

Se fondant sur son expérience, elle a expliqué le lien entre paix et sécurité et les droits de l’homme qui est très important. Elle s’est réjouie du processus de démarrage du DDR. «On est au début du processus, mais déjà, ça me montre l’engagement des parties dans la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation», a-t-elle dit.

Pour Mme Joanne ADAMSON, la mise en œuvre de l’Accord sera une de ses priorités majeures, avec tous ses collègues de la MINUSMA, les partenaires de l’ONU, mais surtout avec les parties maliennes. «Je suis connue pour parler franchement. Je crois que les gens apprécient cela. J’essaierai de garder cette franchise. Je vais mener tous les efforts nécessaires pour aider et soutenir les parties maliennes», a-t-elle conclu.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here