Emancipation: l’AFF 21e siècle sur les fonts baptismaux

0

Le Carrefour des jeunes a abrité, le samedi 17 novembre, une conférence débat consacrée au lancement officiel de l’Association femme forte du 21e siècle. La cérémonie d’ouverture était présidée par le chef de cabinet du ministère de la Jeunesse, de l’emploi et de la construction citoyenne, Cheick Oumar COULIBALY, en présence du président du Conseil national de la jeunesse, Souleymane Satigui SIDIBE ; de la présidente de l’Association, Assétou SACKO…

La présidente Assétou SACKO a affirmé que les objectifs de l’Association Femme forte du 21e siècle sont, entre autres : lutter pour l’émancipation totale de la femme et non partielle ; lutter contre le harcèlement moral, physique, psychologique et sexuel de la femme ; renforcer les capacités du leadership féminin à tous les niveaux ; et promouvoir l’éducation de la jeune fille.

Elle a souligné que dans son plan d’action, l’Association femme forte du 21e siècle prévoit d’œuvrer pour le renforcement des capacités des membres, à travers une causerie débat sur l’émancipation de la femme et la Loi 052 du 18 décembre 2015 ; la promotion des droits de la jeune femme au Mali, à travers une campagne de sensibilisation auprès de la population et des autorités ; et la sensibilisation des jeunes aux dangers de l’immigration irrégulière.

«L’émancipation de la femme est un sujet d’actualité, mais qui n’est pas souvent comprise au sein de la société malienne. Les femmes ne militent pas pour l’égalité, mais pour l’équité. Quand nous abordons le sujet, les hommes pensent que nous allons en leur défaveur. Il s’agit plus de l’équité, car il y a une couche vulnérable qu’est la femme et la société malienne handicape la femme », a expliqué Assétou SACKO.

La présidente a soutenu que leur Association se mobilisera pour permettre aux leaders femmes et hommes d’être mieux outillés en vue d’une meilleure application de la Loi N°2015-052 du 18 décembre 2015 portant institution des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives et électives. Elle a rappelé que pour le combat de l’émancipation qui ne date pas d’aujourd’hui, les femmes maliennes ont participé activement à toutes les phases des différentes luttes aussi bien au niveau international, régional que national.

Le président du Conseil national de la jeunesse, Souleymane Satigui SIDIBE, a affirmé que le Mali doit montrer au reste du monde que la femme doit jouer le premier rôle pour faire avancer les choses. Pour lui, comme défi à relever, l’Association femme forte du 21e siècle doit donner un contenu au mot ‘’fort’’. « Les femmes du Mali ont besoin d’être fortes tout comme les institutions ont besoin d’être fortes et les dirigeants ont besoin d’être forts et le tout dans un Mali fort », a affirmé le président du CNJ-Mali.

Le Chef de cabinet du ministère de la Jeunesse, de l’emploi et de la construction citoyenne, Cheick Oumar COULIBALY, a ajouté que cette Association sera d’un apport important pour la cause du Mali et surtout pour le renouveau du Mali.

Il a indiqué qu’au Mali les femmes qui ont commencé le combat pour l’émancipation ont été confrontées à beaucoup d’obstacles appelés pesanteurs sociales. Le chef de cabinet a apprécié la composition du bureau constitué de femmes et d’hommes.

PAR MODIBO KONE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here