Konimba Sidibé lors du congrès extraordinaire du MODEC : « Le Gouvernement de Soumeylou Boubèye Maïga ne fait que continuer à jeter de l’huile sur le feu…»

0

La grande salle de conférences de la Maison des ainés a abrité, le samedi 24 novembre dernier, les assises du congrès extraordinaire du parti MODEC sur la situation politico-sécuritaire difficile de notre pays. La cérémonie d’ouverture officielle de travaux, placée sous l’égide du Président du parti, Konimba Sidibé, a eu lieu en présence massive des Responsables du Bureau politique national et des militants et sympathisants du parti venus de toutes les sections de Bamako et de l’intérieur du pays ainsi que la participation effective des Chefs et Représentants de plusieurs autres partis amis et associations membres de la société civile.

La situation socioéconomique, voire la politique déplorable de notre pays depuis l’élection d’Ibrahim Boubacar Kéïta, le 4 septembre 2013 a dépassé tous sens de commentaire. Au plan économique, sécuritaire et sanitaire, le bilan reste catastrophique. Et le type de gouvernance est innommable en termes de défaillances. C’est, bien sûr, dans la dynamique de la constitution d’un véritable front d’opposition contre le régime véreux en place que le parti MODEC a convoqué ce congrès extraordinaire dont les assises se sont tenues le weekend dernier à la Maison des Ainés de Bamako. L’objectif, selon le Président du parti, Konimba Sidibé, lors de son discours d’ouverture officielle des travaux, était, sur la base d’une concertation générale et conformément aux textes en vigueur, de positionner le parti contre la «ploutocratie» érigée en système afin de restaurer les valeurs démocratiques acquises à prix de sang en mars 1991.

Après les traditionnels mots de bienvenue de Mme Aménatou Touré, Vice-présidente du parti, aux Présidents Choguel Kokala Maïga du MPR, Yeah Samaké, aux Représentants des partis amis, aux Membres du BPN dont le Secrétaire Général David Coulibaly et aux militants qui ont massivement effectué le déplacement, le Leader du parti Konimba Sidibé a détaillé sans langue de bois les urgences de la nation qui sont d’ordre institutionnel, social, sécuritaire et politique. Selon lui, c’est ce qui a conduit à la tenue de ce rassemblement. Il dira que notre pays vit une situation sécuritaire, politique, économique et sociale, encore beaucoup plus difficile qu’il y a 5 ans lorsque le Peuple malien confiait sa Gouvernance au Président Ibrahim Boubacar Kéïta qu’ils ont soutenu et accompagné avec toutes leurs forces. Mais en vain. C’est au regard de la gravité de cette situation, a expliqué Konimba Sidibé, que le MODEC a porté son choix sur d’autres candidats lors de l’élection présidentielle de cette année dont les résultats ont été contestés et sont toujours contestables. Des résultats frauduleux ayant porté Ibrahim Boubacar Kéïta à nouveau à la tête du pays. Depuis, selon lui, le Mali s’enfonce chaque jour un peu plus dans une crise. Cela, a-t-il déploré, avec désolation et souffrance du Peuple malien.

Les démarches liberticides et antidémocratiques et la politique de l’Autriche entreprise par le Gouvernement de Soumeylou Boubèye Maïga II ont été également dénoncées par le Chef du parti de l’intègre : «Et comme si cela ne suffisait pas , le Gouvernement de Soumeylou Boubèye Maïga ne fait que continuer à jeter de l’huile sur le feu à travers notamment l’interdiction des manifestations et meetings de l’opposition et la répression des opposants qui fragilisent encore plus la situation politique du pays, l’engagement d’un processus de projet de redécoupage territorial injuste et dangereux pour l’unité National et la cohésion sociale, la programmation de l’adoption par l’Assemblée Nationale d’une loi dite d’Entente nationale qui n’est en fait que la loi garantissant l’impunité à des Indépendantistes et Djihadistes qui ont commis toutes sortes de crimes odieux au Nord et au Centre de notre pays et forcing pour organiser prochainement d’autres mascarades électorales».

C’est dans la logique d’éradiquer ces difficultés qu’au sortir des assises du congrès et à travers une étude approfondie des Rapports présentés durant toute une journée sur la situation de notre pays que les Congressistes sont parvenus à la présente série de Résolutions décisives: -de rejoindre le FSD dans la lutte contre le formalisme et la gouvernance délabrée en place ;

– de rejeter le Projet de redécoupage territorial du gouvernement en vue au motif qu’il reste « inopportun, injuste et dangereux pour l’unité nationale et l’intégrité territoriale » ;

– de demander le retrait de la loi dite d’entente nationale en perspective pour son caractère promoteur de l’impunité ;

-et d’exiger une réforme en profondeur de l’appareil électoral permettant de garantir la transparence et la sincérité du scrutin avant toute nouvelle élection.

Seydou Konaté : LE COMBAT

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here