L’insécurité fait parler d’elle à Baguinéda : Deux assassinats en seulement une semaine

0

L’insécurité n’est pas qu’au nord et au centre du Mali. Elle est aussi aux portes de Bamako. Pour preuve, en seulement une semaine, il y a eu deux assassinats dans la commune rurale de Baguineda, située à 35 kilomètres de la capitale malienne.

La population de Baguineda vit depuis deux semaines sous la peur. Elle dort peu, se repose peu et n’arrive pas à exercer ses activités quotidiennes comme elle le veut, par souci de sécurité. Toute leur inquiétude est née des assassinats survenus dans la commune, les 11 et 16 novembre 2018.

D’abord, le premier cas. Comme on dit souvent, certains, en buvant de l’alcool, boivent aussi leur conscience. Ivres, ils perdent toute leur faculté mentale. Dans la nuit du dimanche 11 novembre 2018, deux compagnons de bar qui étaient dans un état d’ivresse se sont bagarrés après avoir quitté le lieu de beuverie. Malheureusement, le 1er s’est fait tuer par le second. Selon les témoignages, l’affaire est entre les mains des gendarmes au niveau de ladite commune.

Un autre cas d’assassinat, c’est celui d’un jeune homme Peulh, tué par ses demi- frères. Selon des sources proches de la victime, le jeune homme, âgé de 23 ans, est marié et père d’un enfant. Il a été assassiné par ses deux frères de sang et leurs complices, le vendredi 16 novembre 2018, de la manière la plus terrible. Pour quelles raisons ont-ils mis fin à la vie de leur frère ? La réponse des proches a été claire : pour une question d’héritage, notamment les biens laissés par leur défunt père.

Aux dires de certains proches du dossier, les deux frères du défunt l’auraient entrainé dans un guet-apens vers 20h, au moment où il a quitté son lieu de causerie (grin), avec son jeune frère. « Ils étaient chacun sur sa moto et ont roulé un moment ensemble avant de voir leurs chemins séparés. Le jeune frère poursuivit son chemin et juste quelques minutes après, les deux assassins l’entrainèrent dans leur piège en lui barrant la route avec des épines. Il s’arrêta pour se faire le passage et subitement ses frères commencèrent à lui asséner des coups de machettes pour finir par l’égorger comme un mouton », raconte un proche.

Selon les mêmes proches, n’ayant pas vu son fils en famille, sa maman a demandé au jeune du défunt d’aller à sa recherche. C’est ce dernier qui a retrouvé son grand frère égorgé, baignant dans une mare de sang. Sa moto et son argent de poche n’ont pas été emportés par les agresseurs qui, visiblement, ne cherchaient qu’à lui ôter sa vie. Les secours et les gendarmes se sont mis à la poursuite des deux frères présumés coupables et ont fini par les rattraper et les interpeller, ainsi que leurs deux complices. Ils ont été tous jugés et condamnés à 20 ans d’emprisonnement ferme au tribunal de grande Instance de la commune VI de Bamako.

Kadidiatou Sissoko

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here