13ème congrès statutaire du SYNTADE : Yacouba Katilé rempile pour un nouveau mandat de cinq ans

0

A l’issue des assises du 13ème congrès statutaire du Syndicat National des Travailleurs des Administrations d’Etat (SYNTADE) tenues le 22 novembre 2018 à la Maison des Ainés, un nouveau bureau de 48 membres a été mis en place avec comme Secrétaire général, M. Yacouba Katilé qui succède ainsi à lui-même pour un nouveau mandat de cinq ans. Les deux Commissions (de contrôle et de discipline) ont été également mises en place. Ce congrès a été une véritable fête syndicale jamais égalée de l’avis des anciens syndicalistes.

La Ministre du Travail, de la Fonction publique, chargée des relations avec les institutions a présidé le jeudi 22 novembre 2018 à la Maison des Ainés de Bamako, les travaux du 13ème Congrès statutaire du SYNTADE (Syndicat National des Travailleurs des Administrations d’Etat). C’était en présence des représentants du Conseil National du Patronat du Mali, de la Centrale syndicale et des délégués des quinze Comités syndicaux qui composent le SYNTADE. Sur les affiches, on pouvait lire : ‘’Le SYNTADE s’oppose à toutes formes de discrimination, d’exploitation et de domination d’un peuple par un autre’’.

Le Bureau Exécutif National, fidèle aux mots d’ordre de l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) qui a fixé le calendrier des renouvellements, s’est fait écho des mesures décidées. Pour le respect des textes statutaires, partout la souveraineté des instances avait été observée excepter quelques rares sections dont les renouvellements demeurent non effectifs. Aussi, fidèle à la jurisprudence en vigueur à l’UNTM et dans certains syndicats nationaux ayant connu des crises postélectorales, le Bureau Exécutif National avait, à son tour, décidé de transférer la résolution des crises existantes à l’instance suprême, le Congrès qui seul était habilité à valider un bureau.

Dans son mot de bienvenue en Commune IV du District, M. Issa Sidibé, conseiller communal et membre du comité syndical des Douanes, a, au nom du maire et de la population, souhaité la cordiale bienvenue à tous les délégués à ce congrès. Il a remercié les organisateurs pour le choix porté sur sa commune afin d’abriter ces assises. Un congrès, aux dires de M. Issa Sidibé, permettra d’apaiser le climat social en ébullition actuellement. Pour terminer, il a salué le Gouvernement pour l’initiative des concertations sociales qui se tiendront en janvier 2019.

C’est sous un tonnerre d’applaudissements que le Secrétaire général sortant, M. Yacouba Katilé, a pris la parole pour s’adresser aux congressistes. Il a tout d’abord adressé ses premiers mots aux invités qui ont répondu présents à leur appel pour rehausser l’éclat de la cérémonie. En premier lieu la Ministre du Travail, de la Fonction publique, chargée des relations avec les institutions, Mme Diarra Raky Talla. Leur présence, aux dires de M. Katilé, illustre parfaitement l’importance du SYNTADE au sein de la grande famille du syndicalisme au Mali mais surtout et aussi l’impact de ses activités quotidiennes sur la réalisation et la croissance et du développement national.

Pour le Secrétaire général sortant, M. Yacouba Katilé, les vingt ans de directions, non démocratiques, non statutaires ont plongé certaines structures du SYNTADE dans la sclérose, dans une paralysie et une discrimination. Des maux qui sont à l’origine de certaines démissions, d’auto exclusions suite à une amère désaffection. Toutes pratiques que le Secrétaire général sortant a d’abord combattu au cours de son mandat. Les statuts de l’UNTM et des Syndicats nationaux depuis juillet 1963 ont prévu l’envoi des documents des congrès dans les bases à des délais précis de 15 jours pour l’UNTM et 30 jours pour le SYNTADE. Et les mêmes textes prévoient qu’un Conseil Central (pour l’UNTM et Conseil National pour les syndicats nationaux) se tiennent à 24 heures du Congrès. Objectif visé est d’apprécier les rapports statutaires, sauf celui de la Commission de contrôle présenté seulement aux congressistes et de s’en approprier pour pouvoir convoquer le congrès le lendemain. Comment dans ces conditions, envoyer 15 jours ou 30 jours à l’avance des rapports dans les bases alors que les Conseils préalablement doivent les apprécier ? s’interroge-t-il. C’est pourquoi, M. Katilé a invité les congressistes à corriger ces lacunes afin que le SYNTADE puisse faire des propositions équilibrées au prochain congrès de l’UNTM.

Avant de terminer, le Secrétaire général du SYNTADE et de l’UNTM, M. Yacouba Katilé a invité les participants à la discipline, à la courtoisie et au respect de la liberté d’expression et d’opinion sans tapages, sans heurts.

Au nom de l’UNTM, le Secrétaire général adjoint de la Centrale syndicale, Pr Mamadi Kané, s’est réjoui de la tenue des assises de ce 13ème congrès ordinaire après ceux des syndicats des transporteurs et du SYNIPIL. Ce qui témoigne du sérieux dans l’organisation syndicale. Il a réitéré le soutien de l’UNTM aux délégués de ce congrès pour le bonheur du syndicalisme au Mali. Car, a-t-il dit, il y a plus de deux décennies que le SYNTADE préside aux destinées de l’UNTM. ‘’Le monde syndical a les yeux braqués sur le SYNTADE qui n’a plus droit à l’erreur’’, a-t-il conclu.

Une véritable fête syndicale

Dans son discours d’ouverture, la Ministre du Travail, de la Fonction publique, chargée des relations avec les Institutions a, tout d’abord, demandé au SYNTADE de penser à la représentativité des femmes lors de la mise en place du nouveau bureau qui sortira du 13ème congrès. Mme Raky Talla a salué le Secrétaire général du SYNTADE dans l’accomplissement de ces différentes missions syndicales pour l’apaisement du climat social. Aussi, elle a rassuré le Conseiller communal Issa Sidibé que le front social n’est pas en ébullition. Car, l’existence d’un syndicat, c’est la défense des intérêts matériels et moraux des travailleurs. Et que les doléances et les préavis de grève font par partie des missions du gouvernement. Aux dires de Mme Diarra Raky Talla, le syndicalisme est une mission noble encadrée par des textes. Ainsi, elle a appelé l’ensemble des acteurs syndicaux au respect strict des textes statutaires. Dans ce sens, la Ministre Raky Talla n’a pas hésité de saluer l’UNTM pour son engagement et sa détermination. Ce qui prouve le sérieux et la discipline des syndicats de l’UNTM qui sont très rattachés aux dispositions du BIT, de l’OIT, de l’ONU, …

‘’Le Syndicat est une partie intégrante de l’Etat. Et à ce titre, le Gouvernement est attentif à tout ce qui se passe sur la scène syndicale et attache une importance capitale à la tenue de ce congrès pour le bonheur de la stabilité sociale. Car, a-t-elle indiqué, la stabilité syndicale œuvre à 50% à la stabilité sociale’’.

Avant de terminer, elle a invité les congressistes à l’unité, à la cohésion et à la solidarité de l’ensemble des instances de l’UNTM en vue de faire de ce congrès une véritable fête syndicale.

Au cours de ce congrès, les délégués se sont penchés sur les trois rapports exigés dans les statuts. Au terme de leur analyse, toutes les zones des statuts et du règlement intérieur ont été répertoriées ainsi que toutes les pratiques qui fragilisent ou sont susceptibles de briser l’équilibre et la force du SYNTADE.

Après la présentation des rapports et des débats houleux et fructueux mais dans la cordialité, les congressistes ont mis en place un nouveau Bureau Exécutif National de 48 membres présidé par M. Yacouba Katilé, qui rempile ainsi pour un nouveau mandat de cinq ans. Aussi, deux commissions (de contrôle et de discipline) ont été mises en place.

Dans son discours de clôture, M. Katilé a appelé les travailleuses et travailleurs du Mali à la collégialité, à l’union, à la solidarité et à la cohésion. Car, le 13ème congrès a su dégager des lignes fortes pour le prochain congrès de l’UNTM. Et les recommandations passent comme de nouvel horizon de progrès et d’intégration du genre dans le syndicalisme. Il a mis l’accent sur la défection de certains camarades qui ont décidé de boycotter le congrès alors que la rectification était à l’ordre du jour. Pour terminer, le nouveau secrétaire général du SYNTADE qui succède à lui-même a mis l’accent sur les différentes crises qu’a connu l’organisation. Des crises qui, malheureusement, n’ont pas oublié les militants aux défis à relever.

Le Conseil National statutaire

Auparavant, le mercredi 21 novembre 2018, s’est ouvert dans la même salle de conférence de la Maison des Ainés, le Conseil National du SYNTADE. Cette cérémonie était présidée par le Secrétaire général du Bureau exécutif National, M. Yacouba Katilé et Secrétaire général de l’UNTM. Une séance ultime qui marquait la fin de mandat du bureau sortant. Le Conseil National est l’instance dirigeante entre deux congrès. Une occasion pour le SYNTADE de faire son autocritique, car aucune séance d’étape n’a pu se tenir. Pourtant, dès les minutes initiales du mandat qui s’achève, le secrétaire général Yacouba Katilé avait exhorté les camarades dirigeants du SYNTADE à se surpasser dans le paiement entier et régulier des cotisations, afin de conforter la trésorerie pour la réalisation des tâches indispensables dont celles de la tenue du Conseil National.

Si hier, le SYNTADE, du fait des subventions accordées par les Conseils d’Administration de certains services, était à l’abri d’une disette financière, force est de reconnaitre que des adversités internes et externes sont parvenues à priver le Bureau de ces opportunités. Un phénomène dont il est indispensable de situer les responsabilités et d’envisager des idées novatrices afin que des Conseils d’étapes puissent être convoqués.

L’actuel Bureau Exécutif National n’avait aucune idée, ni de l’importance de ces subventions, ni des raisons de leur non-paiement. Et pourtant, le Bureau Exécutif National du SYNTADE dirigé par M. Yacouba Katilé, le Secrétaire général avait alerté les Ministres de tutelle, afin de solliciter son arbitrage et du Premier ministre. Mais en vain.

‘’La certitude est établie en nous que nous avons été victimes d’un sevrage programmé, tant et si bien que le fonctionnement régulier du SYNTADE, les quelques activités organisées, ont été le fruit de sacrifices personnels des certains membres du bureau’’, avait déclaré M. Katilé. Au nom du bureau, M. Katilé leur a remercié et félicité pour leur militantisme.

Le rapport moral et d’activités soumis à l’appréciation des participants était émaillé de propositions visant à améliorer le syndicalisme qui, tout en étant le plus important de la Centrale, était en fait dans un état de désorganisation totale. Tantôt, des Comités et sections ne faisaient ni renouvellement, ni simple réunion, tantôt des groupes de militants en rivalité étaient laissés à eux-mêmes. Le résultat est que des travailleurs ont cru devoir quitter le SYNTADE. Toute chose que le bureau sortant tentait de rectifier. Dans ce sens, certains n’ont jamais compris ou refusaient tout simplement de comprendre la dynamique de rectification.

La Centrale syndicale, UNTM, avait envoyé deux Superviseurs pour la tenue de ces assises qui a été une vraie fête syndicale. De l’avis des anciens syndicalistes, le SYNTADE n’avait jamais tenu un congrès d’une telle dimension. Tant l’organisation a été un franc succès. Ce congrès s’est tenu sous un important dispositif sécuritaire. Rendez-vous est pris pour 2023. Inchallah !

Youssouf Sangaré

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here