Incident Harouna-Bouyé-Mahmoud Dicko : La page définitivement tournée grâce à Chérif Ousmane Madani Haïdara ?

2

«C’est moi qui ai dit à l’intervenant de venir présenter ses excuses publiquement à la télévision et aussi lors du prêche…». Tels sont les propos d’éclaircissement du Guide spirituel des Ançardine autour de l’écart de langage tenu par Harouna Sangaré contre le tandem Bouyé-Mahmoud Dicko lors de l’élection présidentielle passée.

L’information est tombée, le jeudi dernier, dans les enceintes de la mosquée Chérifla, lors de sa traditionnelle conférence de presse sur le bilan des festivités commémoratives de la naissance de notre Prophète Mahomet (PSL). Il a également profité de l’occasion pour se prononcer sur l’actualité brûlante de notre nation au plan social et politique. Cette action de Haïdara a été hautement appréciée par l’opinion nationale ; car, il y avait eu pas mal de polémiques autour des propos rancuniers proférés par le marabout politicien de Wonkoro, Harouna Sangaré, qui s’était gratuitement attaqué au Cherif de Nioro, Bouyé Haïdara, et auPrésident du Haut Conseil Islamique (HCI), l’Imam Mahmoud Dicko.

«Dieu peut témoigner mes propos. Beaucoup d’invités parlent sans que nous nous entendions parfaitement sur ce qu’ils disent. Souvent, après les bruits des gens, il nous arrive même de demander ce qui a été dit par l’intervenant. Ainsi, c’est sur le chemin de retour, lorsqu’on m’a raconté les propos dits par Harouna Sankaré, que j’ai précipitamment ordonné à tous les communicants de la télévision et des radios de ne pas diffuser la partie où mon père et mon maitre ont été nommés par l’intervenant». C’est entre autres à travers ces termes lénifiants que le Chérif de Banconi a apporté des précisons sur le sujet interprété sous tous les toits de Bamako. Dans l’ensemble, les propos de Harouna Sangaré ont été qualifiés de rancuniers et incendiaires. En fait, Harouna Sangaré a été candidat lors de l’élection présidentielle 2018 où il n’a eu que 1%. Innocemment, il s’est attaqué à ses frères leaders religieux auxquels il a proféré des termes déplacés. C’est à l’encontre du Chérif Bouyé Haïdara de Nioro du Sahel et de l’Imam Mahmoud Dicko, Président du Haut Conseil Islamique du Mali, au stade du 26 mars de Yirimadio.

En effet, depuis plusieurs années, les lieux de prêche et d’autres activités religieuses se transforment en tribunes d’attaques insensées et de campagnes voire même de lieux de règlement de vieux comptes par des comportements populistes entre prêcheurs et leaders religieux. Ce, au grand dam des adeptes et de l’ensemble de la Communauté musulmane. C’est même très honteux, avilissant, déshonorant pour l’Islam et les Musulmans.

Harouna Sangaré, pour avoir été élu Maire, croyait que Wonkoro c’est tout le Mali. D’où il s’est porté candidat pour le palais présidentiel de Koulouba lors du scrutin du 29 juillet 2018. Ce, espérant au moins qu’il allait bénéficier les consignes des leaders religieux. Mais, tel ne fut pas le cas. Son mentor, Chérif Ousmane Madani Haïdara, s’est, quant à lui, abstenu d’indexer un choix tandis que les deux autres leaders influents à savoir l’Imam Dicko et le Cherif de Nioro avaient opté pour respectivement le richissime de Wassoul’or Aliou Boubacar Diallo lors du premier tour et, ensuite, Soumaila Cissé au second tour du 12 dernier août. Ce qui, jusque-là, n’a pas été digéré par Harouna Sankaré. Donc, la raison pour laquelle il a gardé une dent, selon les indiscrétions, contre ses frères musulmans. «J’étais parmi les vingt-quatre candidats aux dernières élections présidentielles. Le Chérif de Nioro et Mahmoud Dicko ont appelé à voter pour le candidat Aliou Boubacar Diallo au premier tour. Leur candidat est arrivé en 3e position. Au second tour, les deux Leaders religieux que sont le Chérif de Nioro et Mahmoud Dicko, ont encore appelé à voter pour Soumaïla Cissé, arrivé en 2eposition. Cela n’a pas empêché la réélection d’Ibrahim Boubacar Kéïta».

N’eut été l’esprit rassembleur des Maliens de Chérif Ousmane Madani Haïdara; le malheureux intervenant populiste serait instigateur d’une discorde très profonde voire une « guerre » entre les Leaders des grandes confessions religieuses du pays à un moment où le phénomène d’insécurité sur fond de tensions intercommunautaires et de mauvaise gouvernance restent des défis majeurs à relever dans notre pays.

C’est à l’issue d’une rencontre avec une forte Délégation de disciples du Chérif de Nioro sur ladite affaire que le Chérif de Banconi a ordonné à Harouna Sangaré de présenter des excuses publiquement à la télévision et aussi lors du prêche de la nuit du baptême du Maouloud 2018. Car, selon Ousmane Chérif Madani Haïdara, les deux qui ont été cités, sont tous des personnalités à respecter et que lui-même respecte beaucoup. «C’est moi qui ai dit à l’intervenant de venir présenter des excuses publiquement à la télévision et aussi lors du prêche. Je n’admets pas qu’ils soient insultés par aucun de mes fidèles. C’est nous qui devons unir, mais non de désunir».

Selon les statistiques, cette année, ce sont plus de 101.424 pèlerins (soit 54.846 hommes et 49 578 femmes), venus de 27 cercles de l’intérieur et de 33 pays étrangers, qui ont assisté aux différentes activités commémoratives du Maouloud 2018 au Stade 26 MARS sous l’égide du Guide des Ançardine, Ousmane Mani Haïdara. Enfin, notons que la célébration de Maouloud est sans doute l’une des grandes mobilisations de l’année pour la Communauté musulmane du Mali. Toutefois, l’événement religieux est, malheureusement, en train d’être confondu à un meeting politique par certains hommes politiques. Ce, à l’actif des m’as-tu-vu qui fourmillent dans notre pays.

Seydou Konaté : LE COMBAT

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here