Syndicat National des Travailleurs des administrations d’Etat (SYNTADE) : Un ex-militant, Khêfing Kanté bientôt poursuivi pour détournement et « abus de confiance ».

2

Suspendu le 19 novembre 2018, par le bureau exécutif du SYNTADE, de toutes activités ou responsabilités Syndicales après une séance d’écoute effectuée à la Bourse du travail à laquelle il n’a pu apporter aucune réponse aux griefs formulés à son encontre , l’ex-secrétaire général de la section de l’Administration générale du SYNTADE (SAG-SYNTADE), Khêfing Kanté sera bientôt devant le juge correctionnel pour détournement de fonds et « abus de confiance ».

Cette annonce nous été faite par Ousmane Traoré, secrétaire aux relations extérieures du nouveau bureau du SYNTADE dirigé par Yacouba Katilé, bureau qui a été mis en place lors du 13ème congrès ordinaire du 22 novembre 2018. Il faut rappeler que Khêfing Kanté, après la réélection de Yacouba Katilé n’a cessé de décrier la procédure ayant abouti à la réélection de l’homme. Lors d’une conférence de presse tenue le jeudi 29 novembre à la Maison de la presse, Khêfing Kanté a accusé Yacouba Katilé de s’être érigé en empereur en multipliant les violations des statuts et du règlement intérieur du SYNTADE.

Pour lui, la désignation des délégués au congrès est faite par le conseil national, instance suprême entre deux congrès ; or, ce conseil ne s’est jamais tenu. De plus, Kanté estime que l’ordre du jour du congrès n’a pas été communiqué aux organes compétents un mois à l’avance, pas plus que les rapports du Bureau exécutif national. Il en déduit que Yacouba Katilé n’a pas été élu et qu’il ne peut plus prétendre diriger le SYNTADE. D’ailleurs, conclut-il, la section de l’Administration générale du SYNTADE (SAG-SYNTADE), réunie en assemblée générale extraordinaire, a demandé l’annulation pure et simple du congrès.

Face à ces accusations qu’il estime grotesque, le camp Yacouba Katilé a décidé de briser le silence, à travers le secrétaire aux relations extérieures du nouveau bureau, en la personne d’Ousmane Traoré, qui nous a reçus à la bourse du travail. Selon lui, Khêfing Kanté, qui crie sur tous les toits a bel et bien été associé à toutes les rencontres d’organisation du congrès (9 réunions). Le mandat du bureau sortant arrivant à terme (5 ans révolu), la plus grande irrégularité qu’il fallait éviter était de sortir du mandat et pour ce faire le bureau exécutif de l’UNTM a enjoint à tous ses syndicats affiliés de procéder au renouvellement de leur structure avant fin octobre 2018. Il annonce que c’est à seulement 10 jours du congrès, qu’une section a, à la surprise générale, demandé le report de cette instance.

Les débats au Bureau exécutif sur cette demande de report ont duré de 15 h à 21 heures et la majorité des participants ont plaidé pour le maintien de la date du congrès (21 et 22 novembre) ; les préparatifs étant déjà très avancés et n’ayant constaté aucune irrégularité dans la convocation du congrès. Cependant, tout le monde a compris que derrière cette demande se trouvait la main d’un ancien syndicaliste, anarchiste-politique. « Nous avons les preuves de tous ses entretient avec M. Kanté et au moment nous les rendrons publiques », a promis Ousmamne Traoré.

Selon M. Traoré, Seuls Khêfing Kanté et le chef de la section concernée se sont déclarés favorables au report; seuls eux ont prétendu que le Bureau exécutif n’avait pas qualité pour convoquer le congrès. Qu’ils ont été mis en minorité. Notre interlocuteur précise qu’il n’appartient pas au conseil central (une instance) de convoquer mais plutôt au bureau exécutif (un organe). En un mon c’est l’organe qui convoque le congrès et non l’instance. C’est ainsi que le congrès a eu lieu les 21 et 22 novembre 2018 à la Maison des Aînés. Les délégués des 8 régions du Mali et ainsi que les délégués des 13 syndicats nationaux affiliés au SYNTADE présents au congrès ont élu Yacouba Katilé, unique candidat, à la tête d’un Bureau exécutif de 48 membres.

” Khêfing Kante à travers des correspondances et dans la presse s’est mis à insulter le Bureau exécutif. Toutes choses qui lui ont valu une suspension, le 19 novembre 2018, de toutes activités ou responsabilités Syndicales après une séance d’écoute effectuée à la Bourse du travail“. Pour lui, ce qui est surprenant de la part de Khêfing, c’est de ne pas dire aux journalistes qu’il avait été suspendu bien avant le congrès, donc n’avait même pas qualité à participer au congrès au nom d’une quelconque section.

En plus, il a accusé Khêfing d’avoir détourné l’année dernière la somme de 3 millions de FCFA au compte de l’UNTM lors du 11ème congrès de Organisation de l’Unité Syndicale Africaine ( OUSA) regroupant tous les grands syndicats d’Afrique tenu du 28 février au 4 mars 2017 à Bamako. Ledit montant aux dires de M. Traoré, a été remis à Khêfing Kanté par un partenaire à charge pour lui de le remettre au trésorier de l’UNTM Aguibou Boauré. « Khêfing est parti déclaré qu’il a reçu 1 million, alors que le trésorier avait déjà été informé par le partenaire qui lui avait donné 3 millions. Quand il a voulu remettre le million, le trésorier lui dit non, j’ai été informé qu’on vous a remis un chèque de 3 millions libellé en ton nom, là Khêfing dit au trésorier, si c’est ça qu’on vous a dit je vais aller tirer au clair et je reviens.

Le trésorier a donc refusé de prendre le million et il est parti, jusqu’au moment où je vous parle Khêfing part avec les 3 millions et le partenaire confirme lui avoir donné», nous a confié Ousmane Traoré. Comment, un tel individu peut-il leur faire de la morale, s’interroge-t-il. « Comme nous sommes au Mali, pays de tous les paradoxes, un individu avec un pantalon aussi troué ose grimper sur l’arbre de la transparence en donneur de leçon », affirme M. Traoré. D’après notre interlocuteur, le bureau exécutif de l’UNTM s’apprête avec ses conseils à engager une procédure judiciaire contre le nommé Khêfing Kanté pour détournement de fonds, escroquerie et abus de confiance.

Correspondance particulière

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here