Inclusion financière au sein de l’UEMOA : Comment permettre aux pauvres d’améliorer leurs conditions de vie

0

La Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a organisé du 26 novembre au 1er décembre 2018, l’édition 2018 de la semaine de l’Inclusion financière dans l’Union Economique et Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (l’UEMOA), sur le thème « Inclusion financière : levier du développement. »

A l’occasion, une conférence de presse s’est tenue au siège de la BCEAO, sis au quartier du fleuve, mercredi 28 novembre. Il était animé par Souahibou Diaby, président du Comité national de suivi de la mise et œuvre de la Stratégie régionale d’inclusion financière. Selon lui, cette conférence de presse vise à porter à la connaissance de la population le lancement effectif de la stratégie régionale d’inclusion financière de l’UEMOA.
Le dossier de presse note que l’inclusion financière est généralement définie comme l’offre de services financiers adaptés aux populations exclues du système financier classique, à des conditions soutenables à la fois pour les offreurs, légalement reconnues et pour les bénéficiaires. Elle constitue un instrument privilégié d’insertion des couches sociales défavorisées dans le tissu économique et social. Selon Souahibou Diaby, une plus grande accessibilité des services financiers favorise l’atteinte d’une croissance soutenue et inclusive et permet de lutter efficacement contre la pauvreté. Eu égard à ces retombées positives, la question de l’inclusion financière est inscrite au coeur des préoccupations des Etats, des Banques centrales et des Institutions internationales. Pour la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest(BCEAO), en particulier, il s’agit d’élargir l’accès des populations et des entreprises de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) à des services financiers adaptés à leurs besoins, accessibles, surs et à ces coûts abordables. Le conférencier a fait savoir que l’inclusion financière est dans sa phase active. Dans le cadre de la mise en oeuvre de sa stratégie, un comité a été mis en place au niveau local et un comité régional de pilotage est établi au niveau régional. Au Mali, la mise en œuvre de la stratégie a concerné plusieurs points dont, la formation, l’éducation financière des populations, la digitalisation des paiements, l’appui du secteur à travers un contrôle efficace, l’utilisation des services financiers, la mise en place d’un observatoire, la création de structures de médiations. Au niveau des recommandations, le président du Comité national de suivi de la mise en œuvre de la Stratégie régionale d’inclusion financière a indiqué que la BCEAO travaille sur l’interopérabilité et l’accès des SFD aux systèmes de paiement. En outre, il est prévu une réunion du Comité régional de pilotage pour faire le programme de l’an 2019 et identifier les moyens pour l’exécuter. Souahibou Diaby a dit qu’une demande sur l’étude sera effectuée. L’inclusion financière contribue également à la réduction des inégalités de revenus dans les pays en développement. La stratégie, selon le conférencier, vise à promouvoir un cadre légal, réglementaire et une supervision efficaces et à assainir le secteur de la micro-finance. Elle permet aux populations pauvres d’améliorer leurs conditions de vie, en leur offrant l’opportunité d’accéder au capital et à l’investissement, sources d’autonomie financière. De même, l’accès aux services financiers de base contribue à atténuer la vulnérabilité structurelle des populations pauvres, en leur fournissant les moyens de faire face aux difficultés conjoncturelles.

B.D. / Canarddechaine.com

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here