Affaire de la militante tabassée: solidarité à géométrie variable de l’Opposition

12

Selon qu’on soit la fille de Me Hamidou DIABATE et qu’on s’appelle Nana DIABATE, prise en flagrant délit d’outrage au Chef de l’Etat et de vulgarité, ou qu’on soit un obscur militant détenu par les services de sécurité, la solidarité des responsables du FSD et de la CoFoP se manifeste différemment. Visiblement, pour l’Opposition malienne, la solidarité est à géométrie variable !

Il paraît que selon le médecin de garde, Nana DIABATE souffrirait de multiples ecchymoses sur le visage, le cou et le tronc supérieur. Des traumatismes au front, au nez, la lèvre supérieure et l’épaule droite.

Elle aurait eu une bosse proéminente sur le front et souffre de douleurs multiples.

Motif de cette dégradation de santé ? Passage à tabac par les Forces de sécurité, après des injures grossières proférées publiquement à leur encontre et à l’encontre du Président de la République.

Toutes affaires cessantes, Soumi champion, Oumar MARIKO ont accouru à son chevet. Les images de cette marque appuyée de sympathie postées sur le Net ont fait le tour du monde.

Avant cet incident, il y a eu les interpellations de Paul Ismael BORO et de Moussa KIMBIRI, pour « tentative de déstabilisation des institutions de la République », dans l’objectif de « compromettre les forces de sécurité » et de « provoquer une insurrection populaire » avant l’investiture du président Ibrahim Boubacar Keïta, le 4 septembre dernier.

Ces arrestations ont donné lieu à une réaction vigoureuse de l’Opposition, particulièrement de Tiébilé DRAME, Directeur de campagne de Soumi champion qui accuse : « cette accusation est totalement ridicule. Aucun de nos militants n’est même armé de bâton et Paul Ismaël Boro ne détient aucune arme. Ce n’est pas un militaire, ce n’est pas un paramilitaire, il n’a pas de comportement illicite. Il est vice-président d’un mouvement dont le chef a quitté, entre les deux tours, l’opposition pour rejoindre le candidat Ibrahim Boubacar Keïta. Puisqu’il a refusé de le suivre, c’est cela qu’on veut le faire payer ».

Dans ce cas précis, l’Opposition a sorti la grosse artillerie et fait montre d’un semblant d’indignation par voie de communiqué. En réalité, c’est l’opportunisme politique qui avait parlé, parce que dans l’interpellation de ces ‘’militants’’, il y avait une dividende politique certaine à tirer, comme cela transparaît dans les propos de Tiébilé DRAME.

Mais, il y a eu d’autres interpellations de militants dont les noms sont à peine connus. Eux n’ont pas bénéficié de la publicité qui a entouré les arrestations des ‘’ militants privilégiés’’. Nulle part, il n’a été fait cas de leur détention dans les communiqués qui ont suivi. Leur situation n’a jamais fait l’objet de revendications des marches qui ont suivi. En clair, leur arrestation est passée pour pertes et profits, nonobstant de molles protestations. L’un des présumés comploteurs de la ‘’bandes des 3’’, par exemple n’a pas bénéficié du même élan de solidarité que les 2 autres libérés avant lui.

Avec une indignation sélective, la solidarité à la tête du client est tout ce qu’il y a de plus naturel. Sur le front de la démonstration pratique, les idées et les actions concrètes de l’Opposition ne semblent pas faire bon ménage. Conséquence : il y aura toujours des laissés pour compte, des sacrifiés. Comme c’est le cas d’ailleurs partout. Voilà qui obère le capital virtuel de crédibilité du FSD et de la CoFoP, rattrapés par leurs turpitudes.

PAR BERTIN DAKOUO

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here