G5 Sahel: «Laisser plonger le Sahel, c’est laisser plonger le monde»

0

Le G5 Sahel, qui réunit les forces du Tchad, du Niger, du Burkina Faso, du Mali et de la Mauritanie pour lutter contre les groupes jihadistes, peine encore à s’organiser. Sa force militaire a connu un coup d’arrêt cet été après que les jihadistes aient fait sauter son quartier général. En parallèle, les fonds internationaux arrivent au compte goutte. L’omniprésence de la corruption dans ces pays ne rassure pas. Une nouvelle structure de parlementaires des pays du G5 et des bailleurs de fonds s’est créée pour contrôler l’action des gouvernements. Maman Sambo Sidikou, secrétaire permanent du G5 Sahel, répond aux questions de Nadia Sweeny.

RFI : Une structure interparlementaire du G5 Sahel vient d’être créée pour mieux contrôler l’action des gouvernements. Qu’en pensez-vous ?

Maman Sambo Sidikou: Eh bien, avec elle, le contrôle ne peut que nous aider par rapport à nos relations avec les populations, en particulier. Ce qui est intéressant, aujourd’hui, c’est que nous avons de nouveaux alliés qui manifestement n’étaient pas assez informés de ce que nous faisions et de ce que nous étions. De ce point de vue, c’est important que le message passe aux yeux du peuple, y compris au niveau local, pour repositionner et pour mieux expliquer ce que le G5 Sahel fait, encore une fois, pour les populations. C’est cela, notre souci premier.

La population reste-t-elle méfiante, notamment vis-à-vis de la force militaire conjointe ?

La lutte contre le terrorisme, en particulier, a toujours des zones grises. Il y a des accidents, il y a des problèmes mais ce qui est important, essentiel, c’est que nous travaillons tous à rassurer et à expliquer aux populations ce que c’est la force. Nous travaillons aussi à expliquer à la force, qu’en établissant des relations de confiance avec nos populations, nous ne le faisons non pas pour les beaux yeux du Danemark ou de la France ou autre mais pour notre peuple car, en effet, le rôle premier de la force et de tout le système, c’est d’abord de protéger les populations.

A quoi attribuez-vous les difficultés du G5, en tout cas de la force conjointe, à se mettre en place ? Selon vous, est-ce que c’est effectivement le fait qu’il y ait un manque de légitimité, un manque de fonds ou encore un manque de mobilisation de la communauté internationale ?

Je pense que la communauté internationale était mobilisée. Elle a fait des promesses. Les fonds tardent à venir ; il faudra accélérer cela. Il y a quelques mouvements mais cela ne suffit pas ; il faut des équipements pour se battre. Cela dit, la force conjointe, avec les moyens qu’elle a, va reprendre les opérations incessamment parce qu’en effet, on ne peut pas se permettre non plus d’attendre éternellement que les gens viennent nous aider, si cela ne vient pas aussi vite qu’on le veut.

D’ailleurs, nous savons que les chefs de l'Etat du G5 Sahel ont décidé de mettre les financements qu’il faut, à partir de 2019, de leur propre chef. Il s’agit de contributions un peu plus substantielles pour prendre en charge notre défense. C’est une question de dignité, de souveraineté et nous espérons que nos amis qui comprennent tout cela, nous accompagneront assez vite.

Que penseriez-vous de placer le mandat de la force conjointe sous le chapitre 7 de l’ONU ?

C’est cela qu’appellent de tous leurs vœux nos chefs de l’Etat. Je suis allé moi-même deux fois au Conseil de sécurité le demander. Nous sommes en relation avec différents partenaires, nous savons que les Etats-Unis ont un problème avec cela pour des raisons qui sont propres à leur administration, mais nous continuons à leur parler, nous continuons à discuter. Les Etats-Unis soutiennent, pour le moment, le G5 Sahel de façon bilatérale en accordant une somme substantielle aux cinq pays.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here