Pour l’opérationnalisation des équipes d’appui à la réconciliation de Ségou et de Mopti : L’UNESCO offre du matériel roulant et bureautique au ministère de la Réconciliation Nationale

2

Dans le but d’accélérer l’opérationnalisation des Equipes Régionales d’Appui à la Réconciliation (ERAR) de Ségou et de Mopti, l’UNESCO a dans le cadre du projet : « Les Jeunes Acteurs pour la Paix et la Réconciliation Nationale » procédé, le vendredi 14 décembre 2018, à la remise officielle du matériel informatique, du mobilier et des motos au ministère de la Cohésion Sociale, Paix et Réconciliation Nationale avant leur acheminement dans les régions. La Cérémonie de remise du matériel dont la valeur estimative est de 25 millions de F cfa a enregistré la présence du secrétaire général dudit département, Attaher Ag Iknane, représentant son ministre et le représentant de l’UNESCO, Pierre Saye.

Depuis plusieurs années, les régions du Centre et du Nord du Mali connaissent une augmentation préoccupante des tensions sociales et politiques, marquées par des épisodes de violences collectives à répétition. Cependant, l’accord de paix et de réconciliation au Mali a été signé en 2015 par le représentant du Gouvernement malien et les mouvements politico-militaires du Nord du Mali. Seulement, depuis sa ratification, l’accord peine à être concrétisé et reste peu connu de la jeunesse malienne, en particulier celle du Centre, empêchant celle-ci de s’engager pour son application. De plus, les jeunes de Mopti et de Gao connaissent peu (ou pas) la résolution 2250 du Conseil de Sécurité des Nations Unies qui engage le Gouvernement malien dans la participation active des jeunes dans la résolution des conflits. Afin de vulgariser l’accord, le Programme National de Culture de la Paix (PNCP) a été lancé en juillet 2016 par le Gouvernement du Mali, avec l’appui de l’UNESCO. En 2017, le Gouvernement du Mali a institué une Mission d’Appui à la Réconciliation Nationale (MARN), avec des équipes régionales d'Appui à la Réconciliation Nationale (ERARN). Ces équipes collaborent étroitement avec les Autorités administratives régionales et locales, les Collectivités territoriales et les légitimités traditionnelles coutumières et religieuses. A ce jour, ces équipes ne sont pas encore opérationnelles, par la faiblesse des capacités d’analyse et d’action, incluant notamment les jeunes et les femmes dans la mise en œuvre de l’accord. Dans son intervention le représentant de l’UNESCO, Pierre Saye a expliqué que pour y parvenir, le Gouvernement du Mali en collaboration avec trois (3) agences du système des Nations Unies (OIM, UNICEF, UNESCO) ont initié ce projet de consolidation de la paix afin de veiller à implication directe des jeunes et des femmes dans la prise de décision du nouveau dispositif clé de réconciliation nationale : les équipes régionales d’appui à la Réconciliation Nationale (ERARN). Selon lui, l’objectif général de ce projet vise ainsi à accélérer la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale, par l’opérationnalisation du nouveau dispositif des ERARN, ainsi que par l’implication et la responsabilisation des jeunes et des femmes dans la mise en œuvre de la stratégie jeunesse du G5 Sahel et la lutte contre l’extrémisme violent par l’éducation. Par ailleurs, dira-t-il, les ERARN vont servir de base pour les structures de prévention et de lutte contre le trafic transfrontalier et l’exploitation des jeunes. Leurs principales activités en relations avec les jeunes devraient être mises en œuvre dans les centres de jeunesse réhabilites par le projet, et dans les collectivités, cercles et communes.

Moussa Dagnoko

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here