Projet de reconstruction et de relance économique : La Banque mondiale octroie un financement additionnel de 17 milliards de Fcfa sous forme de don

1

La Banque mondiale a consenti au 30 octobre 2018 un financement additionnel de 30 millions de dollars américains, soit environ 17 milliards de Fcfa, au projet de reconstruction et de relance économique au Mali. Ce qui permettra au projet de consolider les résultats obtenus dans sa mise en œuvre et augmenter le potentiel de son approche d’intervention à produire des résultats rapides et tangibles dans les zones sujettes à une insécurité récurrente.

La cérémonie de signature de cet accord de financement additionnel du projet de reconstruction et de relance économique a eu lieu le vendredi 14 décembre au ministère de l’Economie et des Finances. C’est le ministre Dr. Boubou Cissé et la directrice des opérations de la Banque mondiale au Mali Soukeyna Kane qui ont procédé à la signature du document.

L’accord de financement additionnel du projet de reconstruction et de relance économique, qui vient d’être signé, d’un montant de 30 millions de dollars américains, soit 17 milliards de Fcfa environ, sous forme de don, permettra au gouvernement du Mali de consolider les acquis du financement initial de ce projet et d’étendre ses activités et ses bénéfices à d’autres populations du nord et du centre du Mali touchées par la crise multidimensionnelle de 2012.

Selon le ministre de l’Economie et des Finances, Dr. Boubou Cissé, ce projet de reconstruction et de relance économique est un instrument très important du gouvernement du Mali pour favoriser le relèvement socio-économique des zones du nord et du centre du Mali, par la restauration des services sociaux de base et des activités productives et le retour de la confiance et de la paix.

Il a rappelé qu’après 4 ans d’activités, le projet a enregistré des résultats très appréciables en dépit des conditions sécuritaires volatiles. C’est pourquoi, Dr. Cissé dira qu’en vue de poursuivre cette dynamique, le gouvernement a demandé à la Banque mondiale une extension de la durée d’exécution du projet et un financement additionnel afin d’achever les activités en chantier et permettre la réalisation de nouveaux projets au bénéfice des populations affectées par la crise.

Il a indiqué que le présent financement permettra d’entreprendre des actions de développement dans les zones économiques comme celles de Konna, d’Ansongo et de Goundam pour la relance des activités de pêche, d’élevage, entre autres.

Aux dires du ministre de l’Economie et des Finances, cet appui financier s’inscrit dans la vision de l’alliance Sahel qui a pour objectif essentiel la stabilisation et le développement global de la région par la réalisation des projets répondant aux défis actuels qui sont sécuritaires, démographiques, économiques et sociaux.

Il a rassuré la directrice des opérations de la Banque mondiale que le gouvernement du Mali ne ménagera aucun effort pour honorer les engagements pris afin d’assurer la bonne réalisation de ce projet, contribuant indéniablement à la mise en œuvre réussie du Cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable.

M. Cissé a enfin remercié la Banque mondiale, au nom du gouvernement, pour cet important soutien à un moment où notre pays compte sur tous ses amis et partenaires pour conforter ses efforts de stabilisation, de développement durable et d’instauration de la paix.

La directrice des opérations de la Banque mondiale, Soukeyna Kane, a rappelé que le projet initial d’un montant de 100 millions de dollars américains a pour objectif de réhabiliter des infrastructures de base, restaurer des activités productives des communautés touchées par la crise. Selon elle, malgré les défis rencontrés dans sa mise en œuvre, notamment un retard de 12 mois dans son démarrage et la situation sécuritaire difficile, le projet a atteint à date sa cible de 1,4 million de bénéficiaires affectés par la crise dans les régions du nord et du centre, mais également des déplacés internes.

Soukeyna Kane a souligné que 93% de micro-projets productifs prévus ont été financés dont 38% au profit d’organisations féminines. À l’en croire, une aide d’urgence a été apportée à environ 50.000 personnes vulnérables contre un objectif initial de 52.000. En matière de participation communautaire et de gouvernance locale, Soukeyna Kane a fait savoir que le projet a permis d’initier et maintenir une bonne dynamique de mobilisation sociale autour de la détermination de ses priorités d’intervention au niveau communautaire et du suivi participatif de ses activités tant sur les plans de réalisations des investissements que d’exportations des factitifs mis en place.

C’est ainsi que, dira-t-elle, 290.000 personnes au moins ont pu participer à diverses consultations locales contre un objectif initial de 322.000 ; ce qui a permis de renforcer tant l’appropriation du projet par les bénéficiaires que la cohésion au niveau de plusieurs communautés pour une sortie de crise rapide.

Notons que la signature de cet accord de financement additionnel au projet de reconstruction et relance économique est le 9ème accord signé avec la Banque mondiale depuis le début de l’année 2018, totalisant un montant de plus de 342,2 millions de dollars américains, soit environ 198 milliards de Fcfa.

Diango COULIBALY

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here