Echanges commerciaux intra-africains: La ZLECAF expliquée aux acteurs du secteur privé

1

Des réflexions ont été menées sur la Stratégie nationale de mise en œuvre de la Zone de libre échange continental africaine pour orienter les actions futures du gouvernement

En vue de mettre les acteurs de la chaîne du commerce et d’industrie au même niveau d’information sur le nouveau traité de l’Accord de la Zone de libre échange continental africaine(ZLECAF), la commission nationale des négociations, sous l’initiative du ministère du Commerce et de la Concurrence, a organisé une journée d’information et de sensibilisation à l’intention du secteur privé. Les travaux se sont déroulés mardi 18 décembre dernier, à l’Hôtel Sheraton, sous la présidence du ministre du Commerce et de la Concurrence, Alhassane Ag Hamed Moussa.

L’objectif de cette journée était de trouver ensemble un cadre approprié de concertation entre la Commission nationale des négociations commerciales dirigée par le département de tutelle et les acteurs du secteur privé, afin de mieux prendre en compte leurs préoccupations en cette phase cruciale des négociations de la ZLECAF.

C’est à l’issue de plusieurs rounds de négociations, que l’accord instituant la Zone de libre échange continental africaine a été signé le 21 mars 2018 à Kigali au Rwanda, par 44 pays dont le Mali. Aujourd’hui, 49 pays sur les 55 Etats africains ont signé l’accord instituant la ZLECAF. Selon le ministre, cet accord entrera en vigueur le jour où la Commission de l’UA enregistrera le 22ème instrument de ratification. Il a ajouté que 9 pays ont déjà déposé leur instrument de ratification auprès de la Commission de l’UA. L’objectif de la ZLECAF est de libéraliser substantiellement mais de manière progressive les échanges commerciaux intra-africains à hauteur minimum de 97% des lignes tarifaires couvrant au moins 90% de la valeur moyenne des importations a expliqué Alhassane Ag Hamed Moussa.

Il a, en outré, a informé ses hôtes, de la création très prochaine d’un Marché unique portant sur le commerce des marchandises, le commerce des services, la propriété intellectuelle, la libre circulation des capitaux pour les investissements et la concurrence. Et il sera complété par la libre circulation des personnes et un accord global sur le transport aérien, a-t-il indiqué.

L’accord instituant la ZLECAF comporte trois protocoles qui sont : le protocole sur le commerce des marchandises ; des services ; et le règlement des différends.

Malgré les progrès enregistrés dans les négociations de la ZLECAF, beaucoup de questions restent en suspens a souligné le ministre. Il s’agit entre autres de : la libéralisation du commerce de marchandises ; les règles d’origine ; la libéralisation du commerce des services ; la facilité d’ajustement pour la mise en œuvre de la ZLECAF ; la négociation des accords sur l’investissement, la concurrence et la propriété intellectuelle. D’où l’objectif de la tenue de la présente journée. Pour ce faire, le ministre a invité les participants à mener des réflexions sur la Stratégie nationale de mise en œuvre de la Zone de Libre échange continental africaine pour orienter les actions futures du Gouvernement.

Aliou M Touré

Commentaires via Facebook :


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here