Soudan: Arrestation d’un leader de l’opposition

1

La police a dispersé plusieurs manifestations organisées dans des villes du Soudan après la prière du vendredi et arrêté un leader de l’opposition, à la suite d’appels à la poursuite des protestations antigouvernementales.

Depuis le 19 décembre, le pouvoir du général Omar el-Béchir est confronté à une vague de manifestations, parfois meurtrières, à travers le pays contre surtout le triplement du prix du pain en plein marasme économique. A Omdourman, ville jumelle de Khartoum, située sur la rive occidentale du Nil, des centaines de fidèles sortant d’une mosquée du parti Oumma, principal parti de l’opposition, ont scandé “Liberté, Paix, Justice”, avant l’intervention des forces anti-émeutes qui ont dispersé la foule à coups de gaz lacrymogènes, selon des témoins. Les forces anti-émeutes ont également fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants à Port Soudan, Madani et Atbara, ville de l’est du pays où a débuté le mouvement de contestation, selon des témoins. Policiers et officiers des services de sécurité ont été déployés dans plusieurs secteurs de la capitale. Réunis hier soir, des groupes d’opposition avaient appelé à poursuivre les manifestations dans les jours à venir, a indiqué le parti communiste dans un communiqué.

Plusieurs membres de formations de l’opposition ont été arrêtés en marge des manifestations. Le parti du Congrès soudanais a ainsi indiqué que quelques heures après le début des manifestations vendredi, son chef Omar el-Digeir avait été arrêté par les services de sécurité. “Il a été emmené vers une destination inconnue”, a affirmé le parti dans un communiqué. L’Association des écrivains soudanais a pour sa part fait état de l’arrestation mardi du poète Mohamed Taha qui avait participé à une manifestation. “Nous ignorons où il se trouve”, a-t-elle affirmé. Le réseau des journalistes soudanais a fait état de l’arrestation de deux journalistes.

Jeudi, les autorités ont indiqué que 19 personnes, dont deux membres des forces de sécurité, avaient été tuées depuis le début de la contestation. La plupart des manifestants ont été tués lors d'”incidents liés au pillage”, avait affirmé le porte-parole du gouvernement, Boshara Juma.

Auteur: lefigaro.fr –

Commentaires via Facebook :


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here