Après avoir chauffé le beurre à l’encontre du pouvoir : L’URD semble opter pour la réconciliation !

6

Le principal parti politique de l’opposition adopte un ton conciliant envers le pouvoir en place. Du moins, c’est le constat que nous faisons à la suite de l’appel lancé par le 2e Vice-président du parti lors du 2e Congrès ordinaire de l’ASMA/CFP, tenu les 29 et 30 décembre dernier, au Palais de la Culture Amadou Hampaté Ba de Badalabougou.

Présent à l’ouverture dudit congrès au nom de son parti, Iba N’Diaye a prononcé des propos conciliateurs quand il dit que pouvoir et opposition n’ont qu’un seul but qu’est la construction du Mali. Il ajoute que les partis URD, ASMA/CFP sont tous issus de la grande famille Adema/PASJ. Aujourd’hui, les animateurs de tous ces partis ont eu à travailler au sein de cette grande famille et qu’aujourd’hui le destin les appelle à se donner la main.

Voilà des propos lancés par celui que d’aucuns qualifiaient à tort ou à raison d’être le cacique du régime IBK. L’Homme semble adopter une attitude conciliante envers le régime actuel qu’il avait vilipendé tant. Il s’agit d’Iba N’Diaye. Il emboite le pas à ses camarades du parti en l’occurrence son Président, l’Honorable Soumaïla Cissé, ainsi qu’au Chargé de Communication au sein du parti, Me Demba Traoré. Le premier lançait, lors de la 9ème Conférence nationale du parti, qu’il tient à dialoguer directement avec le Président de la République, IBK, et non à ses envoyés. En  fait, une telle déclaration, Soumi reconnait la réélection d’IBK, tout en lui soumettant ses doléances pour une sortie de crise.

A sa suite, son Chargé de communication l’emboîte le pas tout en affirmant que le parti n’a d’autre projet que le Mali, il s’agit de reconstruire le tissu social brisé par les différentes crises politico sociales. Le Vice-président se trouve dans cette logique de construction de l’édifice commun.

Que dire de ceux qui qualifient IBK de Président de fait ? Peut-on les considérer d’égarés ? Que faire  les ramener dans la République afin de construire la grande famille Mali ? Ce sont là les préoccupations de l’heure.

Ces égarés se trouvent au pays à l’image de Me Mohamed Aly Bathily, Oumar Mariko qui continuent à tenir des discours enflammés contre le régime en place. Ces agitateurs en solo ne sont pas imprégnés des réalités des Maliens qui aspirent à la paix et à la stabilité. Car, ils ont trop enduré de la longue crise politico sécuritaire qui secoue le pays. Le plus urgent pour ces citoyens lambda  reste à recoller les morceaux laissés par la crise. Tout autre discours est divertissement pour ces citoyens qui saluent de passage la tenue de la présidentielle qui a vu la réélection d’IBK à la tête de notre pays. Les agitateurs doivent éviter de mettre le feu aux poudres ; car, le Mali actuel n’en a pas besoin. L’heure est  à la reconstruction du pays et non aux agissements inutiles. Tel est le message que lancent les citoyens éprouvés par cette crise multidimensionnelle.

Ambaba de Dissongo

Commentaires via Facebook :


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here