3ème édition de la Conférence Internationale sur l’Emergence en Afrique – CIEA au Sénégal: L’Afrique en quête d’émergence

9

Participant à plusieurs panels de ce haut sommet, le Président de la République a insisté sur la sécurité du Continent pour favoriser l’émergence

La 3ème Conférence Internationale sur l’Emergence en Afrique s’est ouverte jeudi 17 janvier 2019, sous la présidence de SEM. Macky SALL, Président de la République du Sénégal. Le thème central de la Conférence est : «Emergence, secteur privé et inclusivité ». Ce thème est d’une importance particulière pour notre pays, le Mali, qui a pour ambition de faire du secteur privé le moteur du développement.

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM. Ibrahim Boubacar KEÏTA, a pris part à la cérémonie d’ouverture de la Conférence et à la Session de Haut Niveau au Centre de Conférence Abdou DIOUF, accompagné d’une forte délégation.

UNE VISION COMMUNE DES DIRIGEANTS

Lors de la cérémonie d’ouverture à laquelle participaient également le Premier ministre de la Malaisie, Dr. Mahathir Bin Mohamad, le Chef du Gouvernement ivoirien, Amadou Gon Coulibaly et plusieurs centaines d’invités de marque, le Chef d’Etat sénégalais a loué la capacité des pays africains à créer les conditions nécessaires à l’émergence de nos économies à travers la mise en œuvre de reformes fortes et de projets ambitieux.

Ce point de vue optimiste pour une Afrique forte de ses potentialités est partagé par le Président Keïta qui l’a parfaitement développé lors du dialogue des Présidents du panel sur les partenariats public-privé innovants pour l’émergence.
Animés d’une foi solide en l’Afrique et en son devenir, les dirigeants Sall et Keïta sont convaincus qu’il faut d’abord compter sur les propres efforts pour bâtir un Continent debout, en marche d’un pas ferme vers le progrès. Le Président Keita, tout comme son homologue sénégalais, sont d’avis que les pays africains doivent être plus exigeants dans la collecte des impôts et taxes sans oublier la nécessaire diversification des partenariats.

Refusant la fatalité du sous développement, IBK a partagé sa vision d’un continent émergent. Il a d’abord rappelé la longue traversée du désert que notre pays a connue. Partagé entre les impératifs de défense du territoire nationale et la prise en charge du souci de développement.

Il faut qualifier et ré-qualifier le Mali par la force de ses enfants avec une réelle capacité de défense et de réduction des fractures sociales. Le Mali, classé 3ième au sein de l’UEMOA relève du miracle. Pour le Chef de l’Etat, il est nécessaire de former la jeunesse et rendre disponible les équipements de base (électricité, eau potable, santé).

« Chez nous, dit-il, nous avons la chance d’avoir encore le Niger qui permet l’exploitation d’environ un million de km2. Nous avons alloué 15 % du budget au monde rural, faisant de l’agriculture le socle de notre développement ». « Le temps de la dignité est arrivé, debout en avançant dans le vent » a insisté le Chef de l’Etat qui s’est dit aussi convaincu que la jeunesse de la population malienne est un atout. Dédiant son second mandat à la jeunesse, il souscrit à cette valeur consistant à miser sur la jeunesse par le « passeur » qu’il est pour bâtir un pays émergent.

Troisième édition du genre, ce sommet a réuni dirigeants, hauts responsables d’institutions internationales, grandes entreprises du secteur privé, universitaires et experts.

La Conférence de Dakar traite trois autres thématiques d’une égale importance: « comment faire émerger des champions nationaux sur le continent africain ? »; « comment le secteur privé peut-il contribuer à une émergence inclusive ? »; « Quels partenariats public-privé innovants pour l’émergence ? ». Au menu figure également un dialogue interactif (5mn) sur les champions nationaux illustré par l’exemple coréen.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here