Infrastructures routières : le pont de kayo n’est pas encore ouvert au trafic

19

Au cours de sa tournée pour s’imprégner de l’avancement de plusieurs chantiers, la ministre des Infrastructures et de l’Équipement a donné des instructions pour interdire l’accès de l’ouvrage aux usagers

Mme Traoré Seynabou Diop inspectant l’entrée du pont
Dans le souci de s’imprégner de l’état d’avancement des chantiers routiers lancés par le chef de l’État, Ibrahim Boubacar Keïta, la ministre en charge des Infrastructures et de l’Équipement, Mme Traoré Seynabou Diop, à la tête d’une forte délégation, s’est rendue jeudi dernier sur les chantiers de la route Bamako-Koulikoro, du pont de Kayo (Région de Koulikoro) et de la route Barouéli-Tamani (Région de Ségou).
La première phase de cette mission technique a conduit la délégation ministérielle au nouveau poste de péage sur la route de Bamako-Koulikoro. Ce poste électronique ultra moderne est situé près du village de Massala. Il est équipé de 6 cabines dotées d’une technologie de pointe dont 8 opérateurs aux commandes.
Après la visite guidée par les responsables de l’entreprise SATOM chargée des travaux, Mme Traoré Seynabou Diop a procédé à un test pratique des installations. «La visite de Koulikoro visait plutôt le poste du péage dont les travaux ont atteint aujourd’hui 95%, et dans les règles de l’art, les tests ont commencé. Il urge de mettre ce péage en activité», a indiqué la ministre des Infrastructures et de l’Équipement. Le test effectué en sa présence a permis de détecter un camion en surcharge de 22 tonnes. Selon la ministre, cette attitude constitue un danger pour la route de Koulikoro. Par ailleurs, Mme Traoré Seynabou Diop a fait savoir que cette route a été construite avec un tonnage conforme au règlement 14 de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), c’est-à-dire 13 tonnes. Déjà les agents de l’Autorité routière en place sont en formation sur l’usage de ce poste de péage.
De ce poste de péage, les visiteurs ont mis le cap sur le chantier du pont de Kayo. Les travaux de ce pont d’une longueur de 972 mètres linéaires sont exécutés à 98%. Il est à préciser que le pont de Kayo n’est pas encore ouvert au trafic, car il reste encore des réglages à faire. Malgré cela, certains usagers commencent à l’utiliser clandestinement. Face à ce constat, la ministre des Infrastructures et de l’Équipement a ordonné aux autorités locales de prendre toutes les mesures afin d’interdire toute circulation sur le pont jusqu’à ce que l’infrastructure soit officiellement réceptionnée.
En outre, Mme Traoré Seynabou Diop a aussi instruit le gouverneur de la Région de Koulikoro, Mamadou Camara, d’informer les riverains à travers un communiqué, que les accès au pont de Kayo seront interdits à compter de lundi 11 février 2019. Dans le même registre, il sera interdit tout passage aux gros porteurs sur le pont de la Faya qui fait 45 mètres linéaires, situé non loin du poste de contrôle de Fégoun.
Après l’étape de Koulikoro, la délégation ministérielle s’est rendue sur le chantier de la route Barouéli-Tamani. Les travaux de cette voie, longue de 30 kilomètres, sont totalement terminés. Dans le cadre de sa construction, d’autres projets ont été intégrés pour le bien-être des populations, notamment des lampadaires pour l’électrification des localités traversées par la route et deux forages dans le village de Songola.
Au nom de toute la population de Tamani, le maire Mamadou Yaranangoré a remercié les plus hautes autorités avec au premier rang le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, pour la réalisation de cette route. Ces travaux faciliteront la fluidité de la circulation dans les zones concernées et donneront un coup d’accélérateur au développement socio-économique de la zone.

Envoyé spécial
Babba B.
COULIBALY

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here