Mot de la semaine : Bataille

1

A la guerre comme à la guerre, telle semble être la gravissime atmosphère  entre l’imam Dicko et le Président de la République IBK, deux ex-amis, devenus par la force des choses des ennemis jurés. Si la présidentielle de 2018 avait sonné le glas de l’amitié entre IBK et Dicko, qui s’est par la suite transformée en rupture, le meeting géant du 10 février semble annoncer  la bataille sans merci entre les deux personnalités.

L’imam Mahmoud Dicko, avec le soutien indéfectible du guide des Hamallistes Chérif Bouyé Haidara, et devant plus de 60 000 fidèles musulmans venus au stade du 26 Mars, a ouvert les hostilités contre le Président de la République et son Premier Ministre Soumeylou Boubèye Maiga.  Pourtant, annoncé pour être un meeting de prière pour la paix et la cohésion sociale, il a finalement été une rencontre de dénonciation. Ainsi, ils ont dénoncé, entre autres, la grande  complicité des autorités actuelles dans l’exacerbation de la crise au centre, en opposant des communautés qui ont vécu en parfaite symbiose pendant des siècles. Ils ont aussi critiqué l’implication de la France pour déstabiliser le Sahel et enfin la « guerre religieuse » imposée par l’Occident au Mali. L’imam Dicko n’a pas porté des gants pour fustiger toutes les tares de la gouvernance actuelle, pour ensuite désigner les deux  coupables que sont IBK et SBM. C’est pourquoi, il a demandé sans détour le départ du Premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga. Cet avis a été largement partagé par le Chérif Bouyé de Nioro par son représentant au Stade du 26 Mars. Un ultimatum a été même lancé à IBK pour qu’il se débarrasse de son Premier ministre, sinon ils vont se faire entendre autrement.

Comme une réponse du berger à la bergère, la réplique ne s’est pas fait attendre ; à commencer par celui dont la tête a été mise à prix, à savoir SBM. Il a sans ambages qualifié les initiateurs de ce meeting et leurs collaborateurs de comédiens et d’acteurs politiques hybrides sans bases électorales seulement enclins à combattre leur régime. SBM a été rejoint par le Président IBK, qui, depuis Addis Abeba où il se trouvait pour le Sommet de l’Union Africaine, a dénoncé la revendication des leaders religieux. Il a même opposé un  niet au départ de SBM, demandé par Dicko et Bouyé. La transition semble être trouvée pour engager une véritable bataille entre les deux camps qui se vouent désormais une haine viscérale. Si le match est équilibré en termes de nombre, à savoir Dicko et Bouyé contre IBK et SBM ; il est injouable pour la deuxième équipe qui a d’autres batailles à mener.

En définitive, pour ne pas  perdre cette guerre  et pour préserver les rarissimes munitions dont dispose le régime pour des nombreuses et complexes batailles à venir, IBK doit chercher à éteindre ce feu. Il devra faire quelques concessions aux leaders religieux et leurs collabos et en contrepartie, il  maintiendra son Premier ministre  Soumeylou Boubèye Maiga.

Youssouf Sissoko                                                                                                                                 

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here