UEMOA : Avancées fortes du Mali dans trois domaines

1

Il s’agit de la gouvernance économique et la convergence, le marché commun et les
politiques sectorielles. Notre pays est le seul de l’Union à avoir enregistré une progression de plus de 10 points sur chacun
des trois domaines

Une importante délégation de la commission de l’UEMOA conduite par son président, Abdallah Boureima, a été reçue hier à la mi-journée à la Primature, par le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga. On notait la présence du ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé. Ces personnalités étaient venues rendre compte au chef du gouvernement des conclusions de la 4è Revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaires au Mali au titre de l’année 2018.
A la fin de l’audience, Abdallah Boureima a exprimé sa satisfaction d’avoir remis au Premier ministre un document qui contient les avancées fortes du Mali dans les trois domaines qui ont été le champ de concentration de cette revue : la gouvernance économique et la convergence, le marché commun et les politiques sectorielles. Selon lui, 116 textes communautaires ont été examinés, sur lesquels le Mali affiche une forte progression de 15 points entre 2017 et 2018. Mieux, révèle le patron de la Commission de l’UEMOA, le Mali est le seul pays de l’Union à avoir enregistré une progression de plus de 10 points sur chacun des trois domaines visités. En particulier, a-t-il précisé, dans le domaine sectoriel, la mise en œuvre des réformes a connu une progression de 20 points.
Selon le président de la Commission de l’UEMOA, il y a encore des défis à relever dans les trois domaines précités. Il a confié que les autorités maliennes ont insisté sur les questions qui touchent aux droits d’établissement dans les secteurs qui on été cités dans le mémorandum. A cela s’ajoutent une saine application de la réglementation fiscale au sein de l’Union, le respect des règles de concurrence et la poursuite intense dans les réformes sectorielles.
Quant au ministre de l’Economie et des Finances, il s’est dit satisfait du résultat obtenu pour la revue 2018. « Nous voyons déjà la progression qu’il y a eu : plus de 15 points entre 2017 et 2018. C’est vous dire combien ces réformes là, ces programmes et projets communautaires qui concourent à la réalisation de notre objectif d’intégration régionale sont importants pour les plus hautes autorités de l’Etat du Mali».
Toutefois, a-t-il relativisé, il ne faut pas se contenter de ce résultat. Le patron de l’Hôtel des Finances promet de mieux faire d’ici l’année prochaine pour arriver à des résultats encore meilleurs que ceux obtenus cette année.
«Mais pour mieux faire, nous allons pleinement dans le sens des recommandations qui sont sorties des discussions qu’on a eues ce matin en matière d’instructions les plus diligentes des dossiers ou de certaines directives qui sont déjà dans le circuit d’approbation au niveau réglementaire, mais également législatif, au niveau du parlement malien», a-t-il déclaré. Selon Boubou Cissé, il y a des progrès à réaliser sur les procédures de passation de marchés proposés par la Commission, en termes de délai à raccourcir.
Parallèlement à tout ce qui concerne les politiques, les programmes et les projets ou les réformes, selon le ministre Cissé, il y a les projets sectoriels que la Commission de l’UEMOA aide notre pays à mettre en oeuvre surtout dans des secteurs productifs importants pour le développement économique et la croissance du Mali. «Ces projets sortent avec un investissement de 51 milliards de Fcfa dans les secteurs de l’agriculture, de l’énergie, de l’élevage et de la pêche. Ces projets ont obtenu aussi des résultats assez satisfaisants», a-t-il détaillé.

Aboubacar TRAORÉ

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here