Nouvelle modification des lois du jeu: Le Conor et le Réseau ont formé les journalistes sportifs

4

Le Comité de normalisation de la Fédération malienne de football (Conor) à travers son Département des arbitres et en collaboration avec la presse sportive malienne sur initiative du Réseau des Reporters culturels et sportifs francophones du Mali, a organisé samedi 13 avril 2019 dans la salle de conférence du stade du 26-Mars, une session de formation sur les lois du jeu du football. Lors de cette session, il y a eu la presentation succinte des lois du jeu, au nombre de 17, en plus la 18è est là qui est la Var.

Au nom de la présidente du Conor, « nous sommes honorés d’avoir un groupe de journalistes qui s’intéressent à cette nouvelle donne », a dit d’entrée de jeu, le chef du Département des arbitres du Conor, Koman Coulibaly.

A l’en croire, le Conor saisi par le réseau des Réporters culturels et sportifs francophones du Mali, a souhaité élargi l’information et l’honneur est à nous d’être avec nos partenaires privilégiés. C’est un échange entre nous », rappelle l’instructeurs Koman Coulibaly. Avec lui, le coordinateur des arbitres, Seydou Traoré dit le fils, l’inspecteur d’arbitres Fatoumata Diallo rentrée du Maroc et
inspecteur au Congo lors du match des JO, Ibrahim Haidara instructeur technique avec Mahamadou Kéita, rentrés d’Afrique du Sud, sans oublier l’instructeur en charge du hors-jeu, le capitaine Balla Diarra, ont outillé les journalistes sous l’œil vigilant de Cheick Konaté, le directeur général de l’INJS, a apporté son expertise.

« On ne fait pas ce stage pour vous mais pour nous. Que le grand public ait l’information sur les nouvelles lois de jeu », a dit Ibrahim Haïdara

Outre les nouvelles modifications, on a parlé des 17 lois de jeu

La Fifa et la Caf ont introduit les nouvelles modifications il y a seulement un mois, en plus de la VAR , le hors-jeu et d’autres aspects ont été expliqué aux journalistes sportifs du Mali.

« Dans la nouvelle modification des lois, les couleurs de maillots de corps sont les mêmes que le maillot contrairement aux couleurs dominantes pour l’ancienne loi »

Aussi dans la nouvelle modification, avec la loi 5, les arbitres peuvent infliger un carton rouge aux officiels de match en cas de comportements irresponsables.

A cette session, les journalistes ont appris qu’un arbitre assistant vidéo est un officiel de match avant un accès indépendant aux imagesdu match et qui peut uniquement aider l’arbitre. Pour les officiels, la loi a apporté des modifications. Par exemple les fautes peuvent être commises en dehors du terrain et à condition que le ballon soit en jeu ( dans le rectangle)

Les fautes de mains dans ses variantes ont été explqiué à l’image de la rencontre Nigeria-Argentine à la Coupe du Monde en Russie. Ce jour la faute de main du défenseur argentin, a été oubliée par l’arbitre y compris la VAR

Les journalistes ont eu les résultats de la VAR au mondial en Russie
avec quelques statistiques suivants : 9¨% de réduction de fautes, 15% réduction de carton jaune, 43% réduction de simulations, 6,4% réduction carton rouges.

En général la VAR a aidé les arbitres dans la prise de décisions, en cas d’erreurs manifestes ou d’un incident grave manqué aux situations suivantes: but marqué non marqué, penalty, pas de penalty, carton rouge directe (pas de second avertissement ou de deuxième carton jaune, identité erronée ( lors que l’arbitre n’averti ou n’exclut

A la session, on a appris qu’un arbitre assistant vidéo est un officiel de match avant un accès indépendant aux images du match et qui peut uniquement aider l’arbitre

Le hors-jeu

L’instructeur chargé du Hors-jeu au Département des arbitres, le capitaine Balla Diarra pense dans la théorie que le hors jeu est une situation de jeu, interprété différemment. Selon lui l hors soit on interfère dans le jeu, soit intervenir dans le jeu, il faut que le joueur touche le ballon, ou l’assistant, en général le hors-jeu soit le joueur en mouvement dans le jeu. Un geste anodin que le public ne
comprend pas.

Le Comité de normalisation de la Fémafoot à travers son Département des arbitres, le Réseau des Reporters Culturels et Sportifs Francophones du Mali (RCSF), l’Union des Femmes reporters sportives d’Afrique du Mali (Ufresa), l’association des jeunes reporters sportifs du Mali (Ajresma), le directeur général de l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJS), des doyens de la presse sportive tout court, étaient à la session.

B.D.S

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here