Stabilité des prix certains produits de première nécessité sur le marché : Les assurances du Directeur régional du commerce de Bamako

1

Cette mesure concerne notamment le riz, la pomme de terre, la viande et le sucre.
L’opération spéciale de réduction des prix des denrées de première nécessité initiée par le ministère du Commerce et de la Concurrence est entrée en vigueur depuis le 1er avril dernier. Cette opération concerne uniquement certains produits de grande consommation pendant les périodes de soudure, surtout en ce mois béni de ramadan, notamment, le riz brisé 100% non parfumé, la viande, la pomme de terre et le sucre. C’est dans le cadre de cette opération dite opération spéciale de réduction des prix des denrées de première nécessité, initiée par le gouvernement et conformément au respect des accords conclus entre l’Etat malien et l’UNTM, le directeur régional du Commerce, de la Consommation et de la Concurrence du district de Bamako, Zédion Dembélé, a animé le lundi 13 mai dernier, un point de presse pour y apporter un éclairage sur la situation actuelle de cette opération.

Dans son mot introductif, le directeur régional du commerce, de la consommation et de la concurrence de Bamako, a fait savoir que l’opération spéciale des prix, commencé depuis le 1er avril dernier, consiste à réduire les prix de certains produits de grande consommation pendant le mois de ramadan, il s’agit notamment du riz, de la pomme de terre, de la viande et du sucre. Un engagement pris par le gouvernement avec l’UNTM pour soulager les charges des consommateurs maliens pendant ce mois de Ramadan, ainsi que pendant les trois mois de soudure.

C’est avec l’adhésion des opérateurs économiques que le gouvernement a décidé cette opération spéciale de réduire la base taxable du riz brisé qui est largement importé et consommé. Avant le début de l’opération vendue à 200 000 FCFA, la tonne de ce riz sera cédée à 100 000 Fcfa pendant l’opération jusqu’à la fin de l’année 2019. Le prix plafond est de 350 FCFA/kg.

Du début de l’opération à aujourd’hui, tout ce passe normalement, et la quantité de stock disponible dans les magasins et sur les marchés couvrira les besoins nationaux, a rassuré le directeur régional du commerce de Bamako.

Par rapport à la réduction du prix de la viande, le gouvernement s’est engagé à signer un cahier de charge avec les responsables des bouchers et les promoteurs des abattoirs. Cet accord consiste pour le gouvernement à réduire les taxes et à prendre en charge les frais d’abattage qui sont de 200 FCFA par kilo. Selon M Dembélé, aujourd’hui, une centaine de bouchers, à travers Bamako et dans les régions, ont signé le cahier de charges afin de réduire le prix du kilo de la viande avec os à 2000 FCFA au lieu de 2200 FCFA.

Toujours concernant le volet de la viande, le directeur régional a fait savoir que la deuxième phase de l’opération, qui va débuter très prochainement, consistera à octroyer directement les subventions aux bouchers pour maintenir le prix.

Concernant la pomme de terre elle est vendue entre 200 à 250 FCFA/Kg. Selon le directeur régional, cette campagne couvrira les périodes de soudure, soit trois mois.

S’agissant du sucre, le kilogramme est vendu entre 400 et 500 FCFA.

Pour veiller au respect strict de ces engagements, pris par les uns et les autres, la Direction régionale du commerce, de la consommation et de la concurrence de Bamako, malgré son effectif limité, en train de déployer des agents sur le terrain pour le contrôle. Cette opération spéciale est valable dans tout le pays.

AMTouré

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here