Le Diabète de type 2 : Comment vivre avec ?

52

Le programme alimentaire et l’activité physique sont indispensables au traitement du diabète de type 2. Voici les principales recommandations pour mieux vivre avec votre maladie :

Avez-vous une bonne compréhension de votre maladie ?

  • Bien comprendre sa maladie : fait partie du traitement et de la prise en charge.

Avez-vous pris soin d’adapter votre mode de vie ?

  • Sur le plan personnel ? Si vous n’êtes pas exposé à des risques d’hypoglycémie, votre vie personnelle peut être normale.
  • Sur le plan professionnel ? Si vous n’êtes pas exposé à des risques d’hypoglycémie, votre vie professionnelle peut être normale

Votre alimentation est-elle adaptée ?

  • La première recommandation est la perte de quelques kilos, à l’origine de votre diabète
  • Si le poids est normal (ce qui est rarement le cas, avec IMC<25kg/m²) :
  • Une réduction des lipides et surtout des lipides saturés c’est à dire des graisses animales (viandes rouges, charcuterie, fromages…) s’impose.
  • S’il existe une surcharge pondérale (IMC > 25kg/m², surcharge abdominale)
  • Les régimes basses calories (< 1200 kilos calories / jour) sont déconseillés. Une réduction modérée des apports est mieux tolérée et donne de meilleurs résultats au long cours.
  • L’avis d’un nutritionniste, d’une diététicienne est utile.

De manière générale

  • Une alimentation équilibrée respectant les repas et prenant en compte l’activité physique
  • Les glucides (les sucres) sont à éviter
  • Pain et céréales en quantité modérée,
  • Fruits, frais, à chaque repas,
  • Les lipides (les graisses) avec modération,
  • Attention aux graisses cachées : charcuteries, pâtisseries, fritures
  • Produits laitiers et laitages plutôt à 20%,
  • Les protides avec modération,
  • 1 à 2 parts de viandes – œuf – poisson par jour en réduisant les viandes grasses
  • 3 produits laitiers par jour en évitant les fromages trop riches en graisse (fromages à pâte dure)

Quelle activité physique ?

Elle joue un rôle important dans le traitement dont elle est souvent le premier stade.

  • Avez-vous choisi une activité physique ou un sport en endurance ?
  • Atteignez-vous les 30 à 60 minutes d’activité physique par semaine ?

Vos habitudes

  • Tabac : il est nécessaire d’arrêter de fumer car l’association diabète de type 2 et cigarettes majorent les risques de maladies cardiovasculaires.
  • Alcool : très riche en glucides son apport doit être modéré et limité au vin.
  • Hygiène : afin d’éviter les infections cutanées, fréquentes chez les diabétiques, il faut veiller à une hygiène corporelle scrupuleuse, notamment des pieds.

Votre sommeil

  • Pas de conseils particuliers, si ce n’est éviter de se coucher à des heures extrêmes et de se lever très tard car modification des cycles hormonaux et de l’insuline.

La météo

  • Chaleur : attention à être bien hydraté toute déshydratation pouvant participer au déséquilibre de votre glycémie.
  • Temps froid : attention à se protéger du froid, toute infection pouvant participer au déséquilibre de votre glycémie.

L’environnement

  • Pollution : aucune recommandation particulière liée à cette maladie

Cette hygiène de vie doit être poursuivie durablement. Si le traitement médicamenteux est mis en place, la diététique et l’activité physique doivent être poursuivies avec le même sérieux pour augmenter les bénéfices des médicaments du diabète (ainsi que ceux des autres maladies souvent associées, comme l’hypertension artérielle et l’excès de cholestérol).

La conduite automobile

  • En cas de diabète déséquilibré et de risque de d’hypoglycémie, le risque est réel : il est nécessaire d’avoir du sucre dans la voiture, voire un moyen de contrôler sa glycémie.
  • Les patients sous insuline doivent valider leur glycémie une heure avant le départ et ensuite toutes les 4 heures : ils ne doivent pas prendre le volant si la glycémie est inférieure à 0,6g/l (ou 4 mmol / L).
  • En cas de troubles de la vue (perte de l’acuité visuelle / rétinopathie) il est nécessaire de disposer d’un bilan régulier et d’une correction.
  • Enfin certains médicaments anti-diabétiques et l’insuline peuvent avoir des interactions avec d’autres médicaments ou potentialiser l’effet de l’alcool.

Dr Mariko Modibo, MDs ; Spécialiste en Endocrinologie – Diabétologie – Nutrition. Praticien hospitalier à l’hôpital du Mali / Service de Médecine et d’Endocrinologie.

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here