Cinquième Recensement Général de la Population du Mali : La phase Cartographie lancée par le ministre Adama Tiémoko Diarra

2

Mardi, 21 mai 2019, sur le terrain « Chaba » de Lafiabougou, a été procédé par le Ministère de l’aménagement du territoire et la population à travers l’Institut National de la Statistique (Instat), au lancement officielle de Cartographie du cinquième Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH5) du Mali et le dénombrement de la première concession (chez feu El Hadji San Brouma Traoré Lafiabougou). C’était par le Ministre de tutelle, Adama Tiémoko Diarra, en présence des partenaires techniques et financiers qui soutiennent l’Etat malien dans cette initiative, les notabilités de la Commune et Maire de la Commune IV, les agents recenseurs, etc.

 

La  cartographie selon les différents intervenants, est l’une des phases importantes  du  RGPH5 (première phase des travaux  de terrain du RGPH5), car préparant  la bonne mis en œuvre  du dénombrement.

Selon  le Maire  adjoint  de la Commune IV, Issa Sidibé, cette opération de recensement  vient  à point  nommé. Elle, dit-il, représente  la source  permettant  de disposer, de façon exhaustive, de données détaillées  sur les  caractéristiques démographiques, économiques, culturelles  et sociales  de  la population. Les données du RGPH, ajoute Issa Sidibé, constituent  un précieux instrument  pour l’élaboration, le suivi et l’évaluation  des plans  et programmes  de développement, tant au niveau  national, régional que pour les collectivités territoriales. « La Mairie de la Commune IV et ses populations fondent beaucoup d’espoir sur cette opération qui permettra d’actualiser notre  connaissance  des caractéristiques sociales, géographiques, démographiques  et économiques  de nos secteurs d’administration. Ainsi, elle apporte sa part  de  solution  au problème récurrent  de  planification  et d’évaluation  des initiatives  de développement  en faveur de nos populations », a déclaré l’adjoint au Maire  de la Commune IV.

Après  les recensements généraux  des 1976, 1987, 1998, et 2009, nous voilà, dit le ministre Adama Tiémoko Diarra, au démarrage du 5ème RGPH de notre pays. Le budget, dit-il, est estimé à 22,6 milliards de Fcfa, financé par l’Etat malien avec l’accompagnement des partenaires techniques et financiers. Les diverses  contributions  et annoncent faites, souligne le ministre Diarra, s’élèvent à ce jour, à 13,9 milliards de Fcfa, soit un taux  de mobilisation  d’environ 61,5%. Le gape à combler, ajoute le ministre reste encore très important (8,7 milliards de Fcfa). C’est pour cette raison, dit-il, nous ne cesserons de solliciter  l’appui des partenaires techniques qui ont déjà manifesté leurs soutiens à travers des appuis multiformes, assistance qui a permis de prendre un envol appréciable  dans le processus  de mise en œuvre  de ce projet.

Selon le ministre  Adama Tiéméko Diarra, cette phase  de la cartographie censitaire sans laquelle le dénombrement  ne pourrait  se faire,  a une durée  de 12 mois. Elle consiste à réaliser la couverture exhaustive du territoire par l’inventaire  de tous les  sites habités ; estimer la population  à recenser ; délimiter  les aires de dénombrement  e fonction  de  la population  et  de la configuration  de l’habitat ; mettre en place un système d’information géographique (Sig) pour le pays  à travers  le positionnement géographique  de tous  les sites  et  infrastructures  communautaires  de base. Le ministre à ajouté que ladite phase  de cartographie permet de : faciliter l’organisation  de la collecte des données  lors du dénombrement  de la population ; faciliter  la préparation équitable du travail  entre agents recenseurs et d’identifier  les habitations et des ménages  par les agents  recenseurs, etc.

Tout comme le dénombrement qui interviendra au bout d’un an, explique le ministre Diarra, la cartographie nécessite une forte mobilité des agents sur toute l’étendue du territoire national. Raison pour laquelle, dit-il, ils seront 232 jeunes conduits  par 58 chefs d’équipe, appelés à s’atteler  à cette tâche, soit un total de 290 personnes dont 54 femmes.

La porte parole  des agents  cartographes  du RGPH5, Mme Safola Dembélé a, en son nom et au nom  de ses camarades, rassuré qu’ils agiront sur le terrai  comme un seul homme  pour la collecte et l’acheminement  de donnée reflétant  les réalités  géographiques  et démographiques  du Mali. Elle a pris l’engagement qu’elle et ses camarades ne ménagerons  aucun effort pour faire en sorte que  les données  collectées  répondent  aux réalités  du terrain.

A ses collègues, Safola Dembélé a indiqué : « nous devons réussir cette phase de la cartographie censitaire  pour donner  une bonne base  au dénombrement  de l’opération. Je sollicite à chacun des agents cartographes, plus d’abnégation et de courage  dans cet effort de servir notre pays. Nous avons le devoir d’aborder nos compatriotes et l’ensemble  de résidents  du sol malien  avec respect  et humanisme », a conseillé Safola Dembélé à ses collègues.

Hadama B. Fofana

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here