Chronique satirique: les moutons noirs du nouveau gouvernement

Ladji Bourama vient de frapper un nouveau grand coup en dissolvant et en renouvelant le gouvernement. Si le Premier Ministre et les grands manitous du RPM sont épargnés, ils ne savent pas jusqu’à quand durera la récréation puisque chaque année, l’hôte de Koulouba reprend son balai. En attendant, le nouveau gouvernement fait quelques bienheureux.
Le premier d’entre eux s’appelle Amadou Koita. A son jeune âge, cet ancien animateur du mouvement citoyen a vite appris l’art du nomadisme. Ces dernières semaines, on l’a vu abandonner l’opposition au milieu du gué pour les nourrissantes berges de la mouvance présidentielle.

A ceux qui s’étonnaient de cette transhumance en pleine saison chaude, le compère a répondu qu’il répondait à « l’appel du président de la République pour que tous les fils du pays se donnent la main ». Or, si je ne m’abuse, ledit président a lancé son appel depuis 2013. Koita entend-il donc les appels avec trois de retard ? Comme sa réponse n’a pas convaincu grand monde, notre ami nomade a déclaré avec beaucoup plus de clarté: « Je ne suis ni prêtre ni imam ». En clair, en politique, on ne vient pas pour lire la Bible ou le Coran: on vient pour manger. Dont acte ! En tout cas, pour un nomade qui avait pour métier de crier dans les rues, Koita est bien servi puisqu’il devient ministre de la Jeunesse et de la Construction Citoyenne. Même si, entre nous, l’expression « construction citoyenne » ressemble davantage à un poème de Lamartine qu’à un programme ministériel.

Lisez la suite en cliquant ici


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here