Mali: deux morts lors d’une manifestation à Gao contre l’application de l’accord de paix

Deux personnes ont été tuées mardi au Mali lors d'une manifestation à Gao (nord) où des jeunes protestaient contre des "injustices" dans l'application de l'accord censé ramener la paix dans le pays, selon une source hospitalière.

"Il y a deux morts par balles dans notre hôpital, ce sont des civils. Il y a aussi des blessés", a déclaré un responsable de l'hôpital de Gao, la plus grande ville du Nord, joint depuis la capitale Bamako.

D'après un initiateur de la manifestation joint par téléphone, les jeunes entendaient dénoncer notamment les modalités d'intégration dans l'armée régulière et la mise en place d'autorités intérimaires dans les cinq régions administratives du nord du pays.

La manifestation avait été interdite par les autorités de Gao, mais des centaines de jeunes sont sortis dans les rues, à pied ou à moto. Des pneus ont été brulés à plusieurs endroits de la ville, les marchés ont fermé, ont raconté des témoins. Des forces de sécurité sont intervenues pour disperser les manifestants, sans qu'on puisse savoir dans l'immédiat s'il s'agissait de policiers, de militaires ou de gendarmes.

Certains témoins ont fait état de tirs de gaz lacrymogènes, d'autres de tirs à balles réelles.

"Nous avons voulu manifester pour dénoncer l'insécurité sur la route Bamako-Gao, pour réclamer aussi notre recrutement au sein de l'armée, et pour dénoncer la mise en place des autorités intérimaires", a déclaré à l'AFP Oumar Maïga, de l'association des jeunes de Gao, parmi les initiateurs de la manifestation.

"La mairie a voulu interdire notre marche en nous refusant l'autorisation. Nous avons décidé de la maintenir. Il y a eu des échauffourées. Les forces de l'ordre ont tiré avec les gaz lacrymogènes et des armes de guerre, c'est criminel" a-t-il ajouté.

Un enseignant résidant à Gao a fait état de "tension toujours vive" dans la ville vers 12H00 (locales et GMT) et de poursuite de "tirs d'armes automatiques".

"Beaucoup de personnes sont enfermées à la maison", a indiqué l'enseignant, en ajoutant avoir entendu des jeunes menacer de s'en prendre aux domiciles de responsables municipaux.

Mi-juin, le gouvernement malien et les groupes armés signataires de l'accord de paix de 2015 s'étaient entendus sur la création d'autorités intérimaires dans les cinq régions administratives du nord du Mali, dont le déploiement est prévu à partir de vendredi.

D'après le document signé par des représentants de Bamako, des groupes armés pro-gouvernementaux et de l'ex-rébellion à dominante touareg, ces autorités intérimaires doivent remplacer les collectivités territoriales du Nord.

Le président de chaque autorité intérimaire sera "le chef de l'exécutif local" et leurs décisions seront exécutoires immédiatement, leur légalité n'étant contrôlée par le représentant de l'Etat qu'a posteriori.


Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here