Van Djan de Méguetan 3

Nouveau gouvernement, 3ème version de Van Djan du Méguetan. La montagne n’a même pu accoucher d’une souris. Au total, ils sont 34 contre 32 pour l’équipe sortante ; 8 femmes contre 6 ; 9 entrants et 7 sortants. Le nombre de présidents de partis est désormais de 5 contre 4 dans l’ancienne équipe. Amadou Koïta (PS Yelen Koura) et le professeur Tiémoko Sangaré s’ajoutent au lot. Me Mountaga Tall remplace Choguel K. Maïga au ministère de la Communication. Me Konaté est à la tête du département de la justice pour remplacer Mme Sanogo Aminata Mallé. L'Enseignement supérieur et la Recherche scientifique sont fusionnés et confiés au Pr. Assétou F. Samaké, précédemment ministre de la Recherche scientifique. Les ministres Me Mohamed Aly Bathily, Tiéman H. Coulibaly, Abdoulaye Diop, Abdoulaye I. Maïga, Thierno H. Diallo restent respectivement à leur poste. L'ancien membre de l'opposition et nouveau membre de la majorité, Amadou Koïta (Yelen Koura), obtient le départemental de la Jeunesse et de la Construction citoyenne, après l'éclatement du ministère de l'Emploi et de la Formation professionnelle, qui reste dirigé par Mahamane Baby. Zahabi perd le ministère de la Réconciliation nationale au profit de Mohamed El Moctar.
Mêmes missions
Dans la nouvelle équipe gouvernementale, les cousins, les cousines et les coursiers se retrouvent. Oumou Sall Seck, petite sœur de Nina Walet Intallou, a pu placer son garçon de course Mohamed Ag Ali Ibrahim. K6 ou Kacus, comme l’appellent ses intimes, s’occupe du Développement industriel, un nouveau département made in IBK. Le vieux est venu au pouvoir sans un programme. Donc, à moins de trois ans, il nous a concocté un menu spécial : 4 ministres de l'environnement ; 3 ministres de la justice ; 3 ministres des finances ; 3 ministres de la défense ; 3 ministres des investissements ; 3 ministres de l'urbanisme ; 3 ministres des mines ; 3 ministres de la communication ; 3 ministres de la jeunesse. En plus de tout cela, dans la nouvelle architecture gouvernementale, il y a une coexistence terrible entre certains départements ministériels. Un ministère de l'hygiène publique et un autre de l'assainissement ; un ministère du développement industriel et un autre des investissements. Un gouvernement formé à une vitesse supersonique, dont certains membres ont été informés de leur nomination dans l’espace d’une petite heure. La plupart des ministres étaient sans information. Boubou Cissé des Finances, Kassoum Dénon de l’Agriculture et Diarra Raky Talla de la Fonction publique étaient les rares ministres qui continuaient à travailler.
Les adieux de Choguel
Avant la passation de service entre lui et son complice du Coppo, l’enfant terrible de la politique malienne a tenu à faire une rencontre de remerciement avec tous les membres de son cabinet. C’était le vendredi 08 juillet 2016. L’ensemble des membres de son cabinet étaient au rendez-vous. «Nous partons avec le sentiment d’avoir donné le meilleur de nous-mêmes», a déclaré le ministre Choguel Maïga, lors de cette réunion d’adieux, tenue dans la salle de conférence du ministère de la Communication et de l’Economie numérique. C’est de façon éloquente et sans détours, qu’il a remercié tous ceux qui l’ont accompagné pendant les mois qu’il venait de passer avec eux. Dans une salle très calme où on pouvait entendre le vol d’une mouche. Le personnel a aussi remercié son désormais ex-patron. «Merci donc à tous ceux qui nous ont accompagnés dans cette exaltante mission. Comme disait un auteur : ‘Un leader a une mission à remplir. Il doit, non pas s'imaginer qu'il peut rendre les gens heureux, mais chercher à marquer son passage. Merci Monsieur le Ministre’». Voiture de service garée, il est conduit par son fils, en direction de Baco-djicoroni ACI, où se trouve son domicile.

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here