DEF 2016, la chute du taux de réussite

Depuis le samedi 9 juillet, les 221 873 candidats au Diplôme d’études fondamentales (DEF) sont fixés. Les résultats ont, en effet, été proclamés dans tout le Mali. Seuls 66 615 candidats ont été admis, soit 30,2%.

Samedi, 9 juillet 2016, les résultats de l’examen du Diplôme d’études fondamentales (DEF) ont été officiellement proclamés sur l’ensemble du territoire national. Le taux national d’admission au DEF 2016 est de 30,02% contre 33,01% en 2015.

Après l’annonce de ces résultats officiels, peu de candidats et parents d’élèves étaient heureux. La tristesse se lisait sur le visage de beaucoup d’entre eux, surtout ceux qui ont été recalés. Sur 221 873 candidats, qui s’étaient présentés au DEF, seulement 66. 615 candidats ont pu décrocher leur diplôme. L’académie d’enseignement de Gao a obtenu le taux national de réussite le plus élevé avec 47,01%. Interrogé par le quotidien national L’Essor, le Pr Mohamed Maïga, directeur du Centre National des examens et concours de l’éducation a déclaré : « la chute du taux national de réussite du DEF 2016 est due à la bonne organisation de la session de cette année, à la vigilance des surveillants, des acteurs de l’école et de la presse ». Il a invité aussi les enseignants et les et les parents d’élèves à suivre les enfants pendant l’année scolaire et les périodes des examens. « C’est ce suivi qui permettra d’obtenir de bons résultats et performances lors des examens scolaires» a-t-il ajouté.

Pas de fraudes

Cette année, les examens du DEF ont été organisés dans des conditions relativement correctes, en ce sens que les fraudes massives ont pu être circonscrites. De plus, il n’y a pas eu de fuite de sujets. Pour qui s’intéresse au domaine de l’éducation au Mali, il n’est pas un secret que ces dernières années ont été marquées par des affaires de fraudes et de fuite de sujets qui ont gravement entaché la crédibilité ou la valeur des diplômes délivrés à l’issu de ces examens scolaires (DEF, Baccalauréat), les premiers du cycle scolaire. Mais, il n’y a aucun doute que ces résultats, qui sont tout sauf satisfaisants, vont relancer le débat- interminable sur l’avenir de l’éducation au Mali, où nombreux sont ceux et celles qui pensent qu’il faut redresser le système éducatif qui est en faillite, ramener l’école à l’école…


Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here