La police ouvre le feu sur une marche pacifique à Gao : 03 morts et plusieurs blessés graves

Alors que la marche des jeunes patrouilleurs se dirigeait vers le rond point de la place de l’indépendant sur la route qui longe le commissariat de police (le seul de Gao), la police armée de gaz lacrymogène et de fusils d’assaut, ouvre le feu sur les marcheurs. On déplore, selon des sources dignes de foi, 03 morts et une trentaine de blessés graves.

Hier, mardi dans la matinée, les jeunes patrouilleurs de Gao ont battu le pavé contre la mise en place des autorités intérimaires. Les marcheurs ont aussi exigé leur cantonnement. Mais cette marche de protestation a dégénéré quand les marcheurs sont arrivés au niveau d’un barrage érigé par la police. La police et la garde nationale, selon nos sources, ont lancé d’abord des gaz lacrymogènes pour disperser les marcheurs, avant de faire usage de leurs armes à feu ; tirant à balles réelles. Le bilan est lourd : 03 morts et une trentaine de blessés.

Le projet de loi portant modification de la Loi n°2012-007 du 7 février 2012 (modifiée), portant code des collectivités territoriales a été adopté par l’Assemblée nationale. Avec ce vote, le terme délégations spéciales laisse la place aux autorités intérimaires dans les 05 régions du nord mais surtout dans les localités de cette partie du Mali où les conseils communaux ne fonctionnent plus. Pour couronner le tout, à l’occasion de l’anniversaire de l’an I de la signature de l’Accord d’Alger pour la paix et la réconciliation nationale, les groupes signataires et le gouvernement malien ont apposé leur signataire sur un document intitulé ’’protocole d’entente’’ entérinant la mise en place des autorités intérimaires dans les régions du nord. C’est justement contre la mise en place de ces autorités intérimaires que les jeunes patrouilleurs se sont insurgés.

Force est de reconnaitre que cette catastrophe intervient suite à un manque criard de communication sur la mise en place des autorités intérimaires. Tous les Maliens souffrent en réalité de ce déficit de communication orchestré par le Ministère de la Décentralisation et de la reforme de l’Etat chargé de la question.

Aliou Touré

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here