5eme gouvernement sous le mandat d’IBK : 7 sortis, 9 entrants et quelques permutations et l’éclatement de certains départements

Le 7 juillet 2016, un 5ème gouvernement est annoncé à la télévision nationale par le Secrétaire général de la présidence, qui passe au nombre de 34 ministres. Au nombre des partants, nous avons : Dramane Dembélé, Mamadou Hachim Koumaré, Mamadou Frankaly Kéïta, Zahabi Ould Sidi Mohamed, Choguel Kokalla Maïga, et Cheickna Seydi Ahmadi Diawara. A la tête du département de la justice, vient Me Mamadou Ismaël KONATE pour remplacer Mme Sanogo Aminata Mallé. Concernant le Ministère de l’enseignement supérieur et la Recherche Scientifique fusionnés, il est confié au Pr Assetou F. Samaké, ancienne ministre de la recherche scientifique. Les ministres suivants, Me Mohamed Aly Bathily, Tieman H Coulibaly, Abdoulaye Diop, Abdoulaye I. Maiga restent à leurs postes. Amadou Koïta, Président du parti socialiste (Yelen Koura) devient ministre de la Jeunesse et de la Construction citoyenne après l’éclatement du Ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle qui reste dirigé par Mahamane Baby. Nina Wallet devient ministre de l’Artisanat et de Tourisme après l’éclatement du Ministère de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme par Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo qui n’a plus que la culture à gérer.
Ils ont dit :
A PROPOS DU RECENT REMANIEMENT MINISTERIEL AU MALI
Les Maliens parlent….
Honorable Issa Togo, député élu à Koro, non moins Président du groupe parlementaire ADEMA/ASMA
«Je pense néanmoins que le Premier Ministre, Modibo Keita a, encore du ressort pour faire avancer les choses»
Je pense néanmoins que le Premier Ministre, Modibo Keita a encore du ressort pour faire avancer les choses. J’ai confiance à ses capacités et à ses qualités à conduire l’action gouvernementale. Ce gouvernement dispose en son sein d’hommes d’actions. Pourvu que le peuple accepte de les accompagner. Car, aucune chose ne suffit en elle-même. Ce réaménagement gouvernemental devrait nous aider à parachever rapidement la mise en œuvre de l’accord issu du processus d’Alger et laisser la crise derrière nous. Bon vent au nouveau gouvernement ! Mon appel à l’endroit du Premier ministre Modibo Keita est qu’il mette les gens au travail. Qu’il fasse une évaluation permanente. Pas de complaisance ni de faiblesse. Tout ce qui ne carbure pas doit être renvoyé chemin faisant.

Cheick Tidiane Diallo, Responsable de l’association « Plus Jamais çà »
« Les départements en charge de la Jeunesse et du Tourisme ne doivent pas être confiés à n’importe qui ! »
Mes impressions sur ce récent réaménagement gouvernemental, c’est qu’il n’ ya pas eu de véritable avancée par rapport aux attentes du peuple malien. Il y a eu ajout de ministères, mais je ne vais pas m’appesantir sur ce volet-là. Je vais m’exprimer sur la jeunesse. On dit que la jeunesse est le premier moteur du développement. Nous sommes dans pays et dans un continent en majorité jeune.
Nous sommes dans un pays où la jeunesse est en manque d’orientation et de repères. La jeunesse a besoin de reconstruction. Elle a aussi besoin d’éducation. De ce fait, nous estimons que le positionnement du Ministère en charge de la jeunesse dans le protocole devrait être amélioré. Sur les 34 départements ministériels, celui de la jeunesse est le numéro 34. Cela n’est pas normal. Ensuite, nous devons donner des signaux forts à cette jeunesse. Ces signaux forts sont entre autres : le travail, la moralité et la citoyenneté qui devraient permettre d’arriver à des sommets dans ce pays.
Cela dit, le choix du ministre en charge de cette jeunesse, y compris la construction citoyenne devrait se faire vis-à-vis de ces critères qui ont été énumérés par mes soins. Tel n’a pas été le cas. Oui ! Car, nous avons un ministre qui, à la veille d’une marche citoyenne organisée par son groupe, en disant « Je ne suis pas un opposant moi-même », a trahi, en quelque sorte, son camp au profit d’un autre camp. Et du coup, nous voyons une récompense lors d’un tout premier réaménagement. Alors, Quel est le message, qui est envoyé à la jeunesse ? Donc, c’est très important de le préciser. 2ème des choses, le Ministère de Tourisme.
Tout le monde est d’accord qu’aujourd’hui que le Tourisme est, malheureusement, tombé en berne de par les évènements de 2012. Nous pensons que c’est un Ministère qui devrait retrouver ses lettres de noblesse d’ici quelques années. Le tourisme, c’est la représentabilité du pays. Autrement dit, par le Tourisme, nous essayons de projeter l’image du pays, à travers le reste du monde qui vient visiter notre nation. Alors, nous estimons que n’importe qui ne doit pas diriger ce département.
Mais, nous voyons que le Ministère du Tourisme est confié à un individu qui a insulté ce pays. Je ne dis pas, prendre des armes, car je ne suis pas opposé à ce que les ex-rebelles soient intégrés dans le gouvernement. Cela fait partie des termes de l’accord de paix et de la Réconciliation. A cet effet, la personne qui devrait être choisie devait être une personne de haute moralité. Alors ce département, à mon avis, ne doit, en aucun cas être dirigé par quelqu’un qui a insulté ce pays.
Pas avec quelqu’un qui a insulté les habitants du sud en les traitant des sales noirs du sud. Avec quelqu’un qui s’est prêté à des comportements que je ne veux pas mentionner ici, et qui devrait être connus de toutes celles et tous ceux qui l’ont proposé, pour ce Ministère. Pour cela, la moralité de cette personne étant véritablement mise en mal, elle ne devrait pas faire partie de gouvernement.
En un mot, je voudrais dire que les départements en charge de la Jeunesse et du Tourisme ne doivent pas être confiés à n’importe qui ! Mais d’autres sont rentrés, nous connaissons leurs compétences, il reste à voir s’ils sont venus pour travailler ou s’ils sont venus pour avoir un nouveau titre sur leur CV (Curriculum Vitae). Pour cela, nous allons leur donner le temps pour apprécier le travail qu’ils vont effectuer sur le terrain. Pour finir, je vous dis qu’il y a eu absence totale de vision et de prise en charge des besoins de la population.
Yaya Meme, Observateur politique
Ce réaménagement gouvernemental, de façon globale, on peut le considérer comme un souci d’apaisement.
J’aimerais bien me prononcer sur ce réaménagement gouvernemental, je ne dirais pas remaniement, puisque le premier ministre est toujours là. Je n’ai pas grande d’objections à faire, en ce sens que, quand tu fais une lecture globale de la chose, tu te rendras compte que c’est dans le souci d’apaisement.
Puisque le pays vient de sortir d’une crise multidimensionnelle, qui a touché à tous les aspects de la société et les autorités ont le souci d’intégrer toutes les sensibilités. Donc, ce réaménagement gouvernemental, de façon globale, on peut le considérer comme un souci d’apaisement. C’est pourquoi, quand vous voyez l’attelage actuel du gouvernement, toutes les couches sont représentées (Jeunesse, ex-rebelles, femmes, anciens).
En un mot, beaucoup d’entre eux ont déjà été là au régime précédent, Donc, c’est la raison pour laquelle, on peut le considérer comme souci d’apaisement. Mais là où est la question, c’est à se demander si ce gouvernement saura répondre aux attentes combien importantes des populations. J’avoue que je m’attendais à mieux, une autre configuration que celle-là.
C’est vrai, je suis d’avis avec beaucoup de gens qui, à travers leurs réactions sur les réseaux sociaux parlent de l’intégration de certains. De toute façon, l’intégration de cela présage une bonne configuration pour un apaisement politique de la situation actuelle du pays. Nous osons espérer que l’entrée de Nina va faire en sorte qu’enfin cette partie de notre pays nous revienne. Cela est l’une des priorités. L’entrée également de Maitre Konaté, à la tête de la Justice, qui est rodé dans les questions juridiques est à apprécier.
Nous pensons qu’il y a eu des choix stratégiques par rapport à des postes concernant ces personnes. Si ces personnes arrivent à bien travailler, je mesure mes mots, je suis sûr qu’on pourra sortir de cette situation. L’avenir nous dira si le président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keita et son premier ministre, Modibo Keita, ont eu raison de faire confiance à ces ministres. En tout cas, je n’ai pas de doute par rapport aux compétences des personnes choisies.
Propos recueillis par Drissa KEITA

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here