Des sites de Libye et du Mali classés « patrimoine en péril » par l’Unesco

Les précédentes destructions par les groupes islamistes des monuments de Tombouctou ou de Palmyre font craindre pour le patrimoine de la Libye ou de Djenné au Mali.Le Comité du patrimoine mondial réuni à Istanbul a inscrit, jeudi 14 juillet, les cinq sites libyens classés au patrimoine mondial sur la Liste des sites en péril, au vu des dégâts déjà subis et des dommages encore redoutés en raison du conflit dans ce pays d’Afrique du Nord.

Il s’agit des sites de Cyrène, Leptis Magna, le Site archéologique de Sabratha, les sites rupestres de Tadrart Acacus et l’ancienne ville de Ghadamès.

Le Comité, réuni en Turquie du 10 juillet au 20 juillet, a rappelé que la Libye était soumise à une forte insécurité et que « des groupes armés sont présents sur ces sites ou dans leur immédiate proximité », en référence à l’Organisation État islamique (EI) qui combat le gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu par l’ONU.

Le site malien de Djenné menacé

L’Unesco avait déjà inscrit, le 13 juillet, sur la liste du patrimoine mondial en péril le site de Djenné, au Mali avec sa remarquable mosquée en banco, à cause de l’insécurité régnant dans la région où sont présents les groupes islamistes radicaux, Al-Qaïda et Ansar Dine.

En 2012, des djihadistes maliens avaient déjà détruit 14 anciens mausolées de Tombouctou qui ont été reconstruits depuis, avec l’aide de l’Unesco.


Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here