Gouvernement : Comment et pourquoi IBK a défenestré Mamadou Frankaly !

Il était sous le feu des critiques, sa gestion des affaires et son bilan à la tête du département de l’énergie furent calamiteux. Ses déclarations fallacieuses et mensongères ont eu raison de lui. Tout ceci a compromis ses chances de se maintenir à son poste. Résultat : il est évincé du gouvernement. Au Soft, nous laissons le libre choix à nos lecteurs de commenter, eu égard au fait que nous avons tout prévu le concernant. Et, d’ailleurs, c’est chose faite.
Mamadou Frankaly Kéita, puisque c’est de lui qu’il s’agit, demeure incontestablement l’un des ministres qui a annihilé ses chances de reconduction lors du récent remaniement ministériel annoncé le jeudi 7 juillet 2016. L’arrivée de l’homme à la tête du département du fait de la qualité de sa formation et ses 10 ans de preuve à la société EDM Sa, avait nourri des attentes au sein de la population qui avait trouvé en lui à l’époque le messie, celui-là qui pourrait mettre fin aux calvaires d’eau et d’électricité.
Quelques mois, malheureusement, ont permis aux Maliens de comprendre que le messie tant attendu n’était guère Mamadou Frankaly Kéita. Le chef de l’Etat, ne savait pas qu’il raterait la coche en nommant un incapable de ce genre à ce poste si sensible.
Le ministre Frankaly était décrié par la population, laquelle ne cessait de croupir sous le poids des coupures intempestives et éternelles d’eau et d’électricité, chaque jour que Dieu a fait. Malgré les plaintes des consommateurs qui n’avaient guère entamé le moral du ministre, il est même allé loin en bernant tout dernièrement les élus du peuple en disant solennellement à ceux-ci que Bamako ne connaitrait plus de coupures d’eau et d’électricité. Tout s’est avéré faux.
Bamako a continué à s’engouffrer dans les ténèbres et dans la quête d’eau potable au point que des morts ont été enregistrés durant la période caniculaire qui vient à peine de s’achever.
Un ministre mis à découvert
Contre toute attente, c’est le chargé de la communication de la présidence, Racine Thiam, qui a levé le voile sur les investissements de 179,39 milliards FCFA du Président de la République pour remédier aux problèmes d’eau et d’électricité, lors d’une de ses sorties avec son émission, Rendez-vous avec Koulouba. Le lièvre étant levé, notre ministre nabab n’a daigné donner d’explication sur la destination de ces fonds. De quoi inquiéter.
Un vrai ministre de bourdes ?
D’emblée, la réponse n’est autre qu’affirmative. De bourdes en bourdes, le ministre Frankaly n’a jamais arrêté de raconter des balivernes, au point de décevoir ses camarades barons du RPM, au premier rang desquels le chef de l’Etat, son Excellence Ibrahim Boubacar Kéita. L’affaire d’électrification de Bla à l’époque et celle du remplacement d’Adama Tiémoko Diarra, l’actuel directeur de la SOMAGEP, par MalickAlhousseyni, le tout calqué sur le mensonge, a dû fâcher le Président IBK, qui finira par le désavouer.
Un ministre des coups bas
Le ministre Frankaly a été l’incarnation des coups bas dans le précédent gouvernement de Modibo Kéita. Il lui est toujours reproché d’orchestrer génialement des querelles entre les autres membres du gouvernement afin d’en tirer profit. Il incarnait la brebis galeuse au sein de cette équipe qui peinait à retrouver la solidarité des membres pour conduire au mieux les affaires de la cité.
Eu égard aux manœuvres saugrenues et incongrues du ministre Frankaly, le Chef de l’Etat a perdu toute confiance en un individu de la sorte qui, au lieu d’œuvrer pour la réussite de son quinquennat, travaille pour son propre intérêt. Ces actions ont sans ambages réduit à néant ses chances de reconduction au sein de la nouvelle équipe gouvernementale. La suite est connue : il est viré du gouvernement.
NB : le dossier Frankaly n’a jusqu’ici pas connu son épilogue au Soft quoiqu’il ne soit plus ministre. Compte tenu de la nuisance qu’il puisse représenter pour les intérêts de l’Etat, nous reviendrons largement sur les traces de celui qui se vante d’avoir demandé à partir du gouvernement pendant qu’il envoyait des tonnes de sucre chez des charlatans de Bamako. Nous avons les preuves et les étalerons bientôt. Que dire de ses sacrifices de bœufs qui n’ont jamais poussé le ciel à exaucer les vœux de Frankaly ?
A suivre dans notre prochaine parution
Cyril AKPITISON
Source: Le Soft

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here