Mali : la ville de Djenné classée patrimoine en péril par l’Unesco

Au Mali, la ville de Djenné vient d'être classée patrimoine en péril par l'Unesco. Djenné a perdu son « grade » de patrimoine classé, notamment en raison de l'insécurité, qui affecte les sites.

Le Comité du patrimoine mondial de l'Unesco réuni à Istanbul a exprimé « sa préoccupation » en raison de sa situation « dans une région affectée par l'insécurité ». Il estime que « ce contexte ne permet pas de lutter contre les menaces qui affectent le site, notamment la détérioration des matériaux dans la ville historique, la pression urbaine et l'érosion des sites archéologiques ».

Le site de Djenné avait été inscrit en 1988 sur la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

Faute de revenus traditionnellement générés par le tourisme, les habitants se sont tournés vers des activités moins rémunératrices, telles que la poterie ou le petit commerce. Et cela ne suffit pas à subvenir à leurs besoins, et encore moins à l'entretien de leurs maisons. Difficile dans de telles conditions de préserver l'architecture d'origine de leurs maisons, pour respecter les contraintes liées au classement de l'Unesco.

Au coeur de Djenné, plusieurs maisons sont tombées. Selon plusieurs témoignages, la Grande Mosquée est toujours préservée. Les zones marécageuses et leurs sites archéologiques, qui encerclent Djenné, sont aussi menacés.

Pour sauver le patrimoine, des guides touristiques se sont portés volontaires pour faire du porte-à-porte afin de sensibiliser les habitants, sur l'importance de préserver l'architecture de la ville.

Djenné, site en péril - témoignages

Mamadou Diawara est guide touristique. A cause de la crise du tourisme, ce guide a dû se reconvertir dans le bénévolat. Faute de revenus, cet habitant n'est plus en mesure d'entretenir sa maison, faîte de banco. Pour enduire correctement son domicile, il lui faut acheter du son de riz: mais le prix de ce produit a quasiment triplé... Du coup, Mamadou Diawara rafistole, quand il le peut, certaines parties dégradées de sa maison...

Par Bineta Diagne


Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here