Mali : le contrôle de Kidal, la pomme de discorde entre Plateforme et CMA

La Plateforme et la CMA ont du mal à s’entendre sur la gestion de la ville de Kidal. L’antagonisme entre ces deux mouvements armés est monté d’un cran lorsque la milice pro-Bamako s’est invitée dans la ville rebelle. Rafini Brigi a donc proposé ses bons offices, depuis ce jeudi, pour trouver une solution à cette crise, apprend-on de L’Indicateur Renouveau.

Plateforme et CMA tentent d’accorder leur violon à Niamey

La Plateforme, milice pro-Bamako et la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) sont quasiment sur le pied de guerre. En effet, le général El-Hadji Gamou de ce groupe d’auto-défense a menacé d’évincer les rebelles de la CMA. Il entend prendre la gouvernance de la ville de Kidal au détriment de la rébellion touarègue. Mais cette dernière ne veut nullement se laisser faire. C’est dans l’optique de faire baisser cette tension perceptible que Rafini Brigi, Premier Ministre nigérien, a proposé sa médiation. Les deux délégations se trouvent, depuis hier, au Niger pour trouver une issue favorable à cette crise larvée.

De sources bien introduites, la région de Kidal est peuplée des Imghads (majorité) et des Ag Intallah (minorité). Mais il s’avère que c’est la minorité qui contrôle en ce moment la région. Ce serait donc pour inverser cette tendance que le général Gamou s’est engagé aux côtés de ses frères Imghads. Cette situation délétère a fortement lésé la coexistence pacifique entre ces populations du fief de la rébellion.

Le président Ibrahim Boubacar Kéita qui travaille à l’instauration de la paix et de la sécurité au Mali a eu l’ingénieuse idée d’appeler le Niger à la rescousse. Cette médiation nigérienne pourra-t-elle produire le résultat escompté ?

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here