Mme Marie Madeleine Togo, une ministre fortement attachée à la mode vestimentaire du terroir

Humble, peu bavarde et respectueuse des valeurs culturelles, la ministre de la santé et de l’hygiène publique, valorise la culture malienne à travers ses habillements lors de ses sorties publiques. N’étant même pas la ministre de la culture ou de l’artisanat, elle est beaucoup enracinée dans le mode de vie de son terroir.
Elle s’habille le plus simplement possible, sans en ajouter de trop, avec toujours la tête couverte de foulard. En plus de son attachement au terroir, contrairement à d’autres femmes ministres qui en font trop, elle s’est fait remarquer par son travail, son souci d’apaiser les tensions dans l’administration sanitaire. En si peu de temps, elle a visité pas mal d’hôpitaux de la capitale et de l’intérieur pour s’enquérir des dures réalités du cadre de travail des médecins. Aujourd’hui, elle est force admiration de pas mal de Maliens.
Instabilité dans les nominations
Chose bizarre dans ce gouvernement Modibo Keita, c’est que les nominations aux postes de responsabilité sont plus ou moins réfléchies. A peine nommée à un poste, qu’en un laps de temps, cette même personne se voit confier un autre poste. Mieux des promotions. Les cas sont très nombreux sous l’ère IBK. D’abord, on nomme Nina Wallet Intallou à la commission vérité, justice et réconciliation, ensuite pour la nommer comme ministre de la l’artisanat et du tourisme.
Me Mamadou Ismaël Konaté, à peine nommé président du comité d’experts pour la révision de la constitution, se voit ensuite choisi comme ministre de la justice, garde des sceaux. Amadou Koïta , récemment nommé dans une cellule du ministère de l’économie et des finances ,se voit confier le ministère de la jeunesse et de la construction citoyenne. Autant beaucoup réfléchir dans le choix des hommes, afin de faire des nominations qui ne susciteront ni bruit, ni murmures.
Sachons raison gardée

Les événements malheureux de Gao ont inquiété plus d’un pour la stabilité du Mali. Les événements du mardi noir ont donné une sueur froide et des doutes aux Maliens qui aspirent à la paix et à la réconciliation. Notre pays, qui renoue petit à petit avec la stabilité, n’avait pas besoin de cette boucherie entre fils du pays. Surtout entre les jeunes patriotes et les garants de l’intégrité du territoire. Cette marche des jeunes de Gao a dégénéré entre les forces de l’ordre et les jeunes causant la mort de trois personnes et de nombreux blessés des deux côtés.
Les jeunes, qui marchaient contre l’installation des autorités intérimaires et leur intégration dans l’armée, ont eu la malchance d’avoir sur leur chemin les forces de l’ordre. Ainsi s’en suivirent des jets de pierres et de gaz lacrymogène. Et mêmes des tirs à balles réelles. Aujourd’hui et plus que jamais, nous devons unir nos forces pour vaincre l’ennemi et non de nous entretuer. Nous devons toujours créer un cadre de concertation pour résoudre nos problèmes et d’en créer d’autres. Que Dieu protège le Mali !

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here