Suspension des activités de l’ADP-Maliba dans la majorité présidentielle : Amadou Thiam et ses camarades cachent mal leur colère

104

Les responsables du parti Alliance Démocratique pour la Paix (ADP-Maliba) étaient face à la presse le mardi 12 juillet dernier à leur siège au Quartier du Fleuve. Objectif : informer la presse de leur décision de suspendre leurs activités de la majorité présidentielle. Le principal conférencier était l’honorable Amadou Thiam, président du parti.

D’entrée de jeu,  Abdoulaye Sidibé, chargé à la communication du parti  a expliqué les raisons qui ont motivé le comité exécutif du parti à suspendre ses activités de  la majorité présidentielle.

A sa suite, le président  du parti ADP-Maliba, l’honorable Amadou Thiam dans sa déclaration liminaire dira que cette décision fait suite à une saisine de la base du parti. Il s’agit selon lui, d’une ‘’motion pour le retour aux fondamentaux’’  que les militants de  l’intérieur comme de l’extérieur du pays ont signée.

L’honorable Amadou Thiam s’est réjoui, en sa qualité de président du parti, de cette initiative des militants de son parti qui sont les signataires de cette motion de suspension.

Selon lui, cet acte démontre à suffisance la force et la vitalité démocratique des structures de base de l’ADP-Maliba.

Il a expliqué cette prise de position des militants de son parti par le non respect des engagements pris par la majorité présidentielle à l’endroit des Maliens.

A l’en croire, son parti n’a pas claqué la porte à la majorité présidentielle mais a seulement décidé de suspendre ses activités.

Cette déclaration de son parti dit-il, est claire et c’est un signal fort pour l’avenir du Mali.

Le président de l’ADP-Maliba soulignera que son parti n’a pas de convention avec le RPM mais avec le président IBK qu’il a soutenu lorsqu’il était candidat à l’élection présidentielle de 2013 autour du slogan « le Mali d’abord ».  Pour lui, rappeler au  président IBK ses engagements faits aux Maliens ne saurait être un crime de la part de son parti.

  1. Thiam a aussi souligné le manque de concertation politique du gouvernement sur les questions d’intérêt national tout en dénonçant la gestion chaotique des affaires publiques.

Il a touché du doigt le processus de paix qui, selon lui, est à la traine, l’économie qui ne profite pas aux populations, l’impunité qui est grandissante. Mais aussi l’insécurité et le communautarisme qui s’installent progressivement à travers le pays.

Face à cette situation dit-il, l’ADP-Maliba par respect pour le peuple malien auquel des promesses de changement ont été faites, ne peut et ne doit rester passive. Ce qui justifie cette décision de suspension des activités du parti de la majorité présidentielle.

A la question de savoir s’ils vont rejoindre l’opposition ou pas, Amadou Thiam dira qu’il n’est pas question  pour son parti de rejoindre l’opposition. Avant de préciser qu’il s’agit d’abord de la suspension de ses activités avec la majorité présidentielle et non une rupture.

Malgré ces explications données par l’honorable Thiam sur les raisons qui ont poussé son parti à prendre cette décision, nombreux sont ceux qui estiment que lui et ses camarades expriment ainsi leur mécontentement pour n’avoir pas été pris en compte dans le nouveau gouvernement. Cela à cause du moment choisi pour la prise de cette décision qui intervient seulement quelques jours après le remaniement ministériel qui a eu lieu le jeudi 7 juillet dernier.

Souleymane Birama Minta (stagiaire)


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here