Insécurité galopante : Des délinquants plus armés que des policiers

Dans l’une de nos publications, nous nous posions la question suivante : «Comment des hommes et femmes chargés d’assurer la sécurité des populations et de leurs biens, des policiers notamment, peuvent accomplir leur mission régalienne si eux-mêmes sont en insécurité ?». Sortant de leur mutisme, ils viennent de réclamer plus de moyens pour pouvoir assurer efficacement la sécurité des populations et de leurs biens.

On le sait déjà, depuis un certain temps, l’insécurité a pris une allure inquiétante dans notre pays, y compris dans la capitale, Bamako. Attentats, braquages, vols à main armée, viols, agressions physiques, harcèlements… Tels sont les scènes auxquelles on assiste, de façon impuissante, chaque jour que Dieu fait. Comment mettre fin à cette insécurité galopante quand les policiers manquent de moyens matériels ?

Combattre les voyous et les terroristes ou les traquer, demande d’importants moyens, surtout que profitant de la crise multidimensionnelle qu’a traversée et traverse encore notre pays, ils sont souvent armés jusqu’aux dents. Beaucoup plus que nos forces de l’ordre et de sécurité. Un tour dans les Commissariats de police de la capitale vous permettra de vous rendre à l’évidence que les policiers sont assez mal outillés pour face aux malfrats qui traumatisent les populations.

Selon nos sources, les policiers de ces Arrondissements manquent cruellement de moyens de locomotion (des véhicules) pour faire face aux urgences. Comment un Commissariat peut-il se ‘débrouiller’ avec un ou deux véhicules qui sont d’ailleurs souvent en panne ? Comment un Commissariat peut-il faire correctement son travail alors qu’il ne dispose que de 10 litres de carburant pour 24 heures ? Et dire qu’il doit faire des rondes et des rondes pour traquer les malfrats et les bandits armés ? Comment un Commissariat peut-il accomplir sa mission, s’il n’a pas d’armes et de moyens financiers adéquats ? Surtout en cette période cruciale de lutte antiterroriste.

Conscient de cette situation, le Syndicat de la police nationale (Spn) vient de manifester son mécontent. En effet, à la faveur d’une conférence de presse qu’ils ont organisée le jeudi 16 avril à la Confédération syndicale des travailleurs du Mali (Cstm), les policiers ont dénoncé un manque criard de moyens. «L'heure est au renforcement des dispositifs de sécurité et à la multiplication des patrouilles. Nous exigeons plus de moyens, notamment plus d'armes. La police manque de tout matériel de travail. Il n’y avait pratiquement pas de véhicules, on nous a donné des véhicules maintenant. Mais les armes individuelles, les gilets pare-balles..., non. Nous n’avons pas de gilets en quantité. Et ceux qui détiennent des armes, très généralement, ce sont des Inspecteurs ou bien des Commissaires dont les hommes de terrain ne sont pas dotés en équipements», a révélé Fousseïni Diakité du Spn.

Très mécontents, les policiers, pour justifier ce manque de moyens, évoquent la mort de leur confrère Cheick Oumar Dembélé, tué en début mars lors de l'attentat au restaurant «La Terrasse» sis à la Rue Princesse de Bamako. «Notre camarade de promotion a été assassiné par manque de moyens. Parce que l’équipe, qui s’était déplacée là-bas, n’était pas dotée comme il faut. Aucun membre de l’équipe n’avait de gilet. S’il y a des pistolets mitrailleurs, il n’y en a que deux ou trois parce que le pistolet est donné à un officier qui dirige la patrouille et les autres éléments, ceux qui sont derrière, n’ont pas d’arme», a expliqué Fousseïni Diakité.

Cette doléance des policiers sera-t-elle prise en compte par nos plus hautes autorités ? Nous l’espérons vivement, surtout en cette période cruciale où les bandits armés et criminels ne cessent de terroriser les populations.

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here