Le Mouvement ’’Mali en marche’’ réitère son soutien au président IBK : « Il y a eu trop de manipulations sur les évènements de Gao »

En vue d'informer les hommes de média sur les actions du Président IBK, le porte-parole du Mouvement ''Mali en Marche'', Youssouf Guindo animé un point de presse, le samedi 19 juillet dernier à l'hôtel Faso. Selon lui, malgré les difficultés, le pays avance.
Dans la dynamique d'éclairer la lanterne de l'opinion publique sur les actions du gouvernement, le porte-parole du Mouvement ''le Mali en marche'', Youssouf Guindo, a animé un point de presse le samedi 19 juillet dernier à l'hôtel Faso.
La problématique de l'emploi des jeunes, la crise au nord, la mise en œuvre de l'accord de paix et de réconciliation issu du processus d'Alger, les derniers événements de Gao, tels étaient entre autres les principaux sujets inscrits à l'ordre du jour.
Sans détour, le conférencier, Youssouf Guindo, a révélé les derniers chiffres du ministère de l'Emploi et de la Formation Professionnelle qui font état de la création de 116 388 emplois formels entre le mois de novembre 2013 et mars 2016 soit un taux de réalisation de 58%.
Toute chose qui selon lui est à féliciter et à encourager. Car dit-il, le Président IBK a hérité d'un pays dans un contexte socioéconomique, politique, sécuritaire difficile. Selon lui, n'en déplaisent aux détracteurs du pouvoir, il y a eu des avancées significatives sur plusieurs plans. "Le Mnla qui s'est totalement désolidarisé des groupes djihadistes, terroristes tels qu'Ançardine, Aqmi...le désarmement, la démobilisation, conformément à l'esprit des accords du 15 mai 2015, sont en marchent" dit-il. Avant d'ajouter qu'il y a eu certes des retards dans son application mais dit-il, cela ne saurait occulter la bonne volonté du Président Ibrahim Boubacar Keita à aller de l'avant.
Et ce, dit-il, conformément à son souci de préserver l'intérêt supérieur de la Nation. Selon Youssouf Guindo, sans paix, il ne saurait y avoir de développement.
Par ailleurs, il a rappelé les compétences des autorités intérimaires, qui, selon lui, consiste à assurer la remise en marche et le fonctionnement des services sociaux de base; de programmer et de coordonner la mise en œuvre des actions de développement et de relance économique sociale et culturelle; de participer à la révision des listes électorales.
Mais aussi, de participer à la consultation et à l'organisation de concertations des populations en vue du redécoupage territorial dans les cinq régions du nord; ainsi qu'à l'organisation des opérations électorales et référendaires.
Dans la même dynamique, il a souligné aussi que conformément aux clauses de l'accord, les autorités intérimaires auront pour mission de faciliter et préparer le retour, la réinstallation, la réinsertion des refugiés, des déplacés et la réhabilitation des personnes sinistrées. Et d'appuyer la mise en œuvre du mécanisme opérationnel de coordination (moc), d'assurer le suivi et la gestion des affaires foncières entre autres.
S'agissant des récents événements de Gao, selon le conférencier, il y a eu beaucoup de manipulations autour de la situation, notamment sur les réseaux sociaux. A l'en croire des individus mal intentionnés ont fait circuler des images truquées dans le seul but de désinformer l'opinion publique.
Avant de conclure, le conférencier, Youssouf Guindo, a remercié le Président IBK pour sa détermination avant de saluer la mémoire des trois jeunes morts à Gao.

Ayouba Togo.

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here