Naître avec le virus du sida au Mali

Au Mali, on estime que 12.000 enfants de moins de 14 ans vivent avec le VIH. Le Dr Mamadou Traoré plaide pour que le dépistage du VIH devienne obligatoire chez toutes les femmes enceintes.

À 4 ans, Seydou pesait moins de 10 kg. Seydou est né avec le virus du sida. S'il était né à Paris, ce petit garçon au doux sourire n'aurait pas été infecté. Mais Seydou est né au Mali et Temimba n'a su qu'elle était séropositive que plusieurs mois après la naissance de son bébé. Ce jour-là, elle l'accompagne chez le médecin. Le docteur Mamadou Traoré enchaîne les consultations dans un petit bureau sans fenêtre à la peinture écaillée. Au centre-ville de Bamako, le Cesac (Centre de soins, d'animation et de conseil) accueille les personnes vivant avec le VIH depuis plus de vingt ans. Dans la cour, assises à l'ombre sur des bancs en bois, une quinzaine de personnes attendent le médecin, le pharmacien ou l'assistante sociale.

Le Dr Mamadou Traoré ausculte Seydou, entre deux coupures d'électricité qui plongent le cabinet dans le noir, et rassure Temimba: «Ça va aller maintenant.» Maintenant que Seydou reçoit un traitement antirétroviral. «Il commence à reprendre du poids et d'ici deux ou trois mois tout devrait rentrer dans l'ordre.» Comme deux tiers des femmes enceintes séropositives au Mali, Temimba n'a pas eu accès à la prise en charge qui aurait évité la transmission du VIH. Elle n'a pas fait de dépistage pendant sa grossesse.

Ce n'est qu'à la fin de l'année dernière qu'elle et son fils ont fait le test. Positif. La réaction de son mari fut immédiate: il a emmené Seydou au village. Pas question de dire que son fils avait le sida dans un pays où la discrimination est encore forte. Mais quand son enfant est tombé malade, sa mère l'a ramené à Bamako où ils sont désormais pris en charge. Depuis, Temimba ne rate pas un rendez-vous.
Une situation insupportable

«Nous continuons à recevoir des femmes comme Temimba qui ne bénéficient pas de la sérologie pendant la grossesse », explique le Dr Traoré. «Et qui risquent donc de mettre au monde des enfants infectés. Voir un enfant qui vient de naître avec le VIH est vraiment une situation insupportable pour nous car on a les moyens pour éviter ça!» Dépistage, mise sous traitement des mères, antirétroviraux pour les nourrissons: dans un pays comme la France, seuls quelques enfants naissent avec le virus.


Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here