Nepad : Accelerer l’industrialisation sur le continent

En dépit des efforts réalisés, l’Afrique reste à la traine en matière de transformation des matières premières

La 35ème session du comité d’orientation des chefs d’Etat et de gouvernement du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) s’est tenue samedi en marge du 27ème sommet de l’UA à Kigali. L’événement a été présidé par le président Macky Sall, président de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement du comité d’orientation du NEPAD en présence de la présidente de la commission de l’UA, Mme N’Kosazana Dlamini Zuma, et du directeur de l’Agence de planification et de coordination du NEPAD, Ibrahim Mayaki, du secrétaire général de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), Carlos Lopez et du ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Mme Louise Mushkiwabo. A l’entame des travaux, Mme Zuma a salué l’initiative du NEPAD et la bonne coordination des activités de l’Agence avec la commission de l’UA. Pour elle, la question de l’industrialisation de l’Afrique, portée par le NEPAD, doit être une priorité conformément à la mise en œuvre de l’Agenda 2063. L’UA travaillera au renforcement des capacités de l’Agence pour transformer l’Afrique dans un partenariat avec la CEA.
Le président Macky Sall a salué la détermination des chefs d’Etat à mettre en œuvre le NEPAD qui a permis notamment, en dépit des difficultés, la mise en œuvre de stratégies continentales et du programme de développement des infrastructures à travers l’initiative présidentielle de promotion des infrastructures.
De même, dans le domaine des TIC, le projet de large bande a permis de construire un réseau intégré d’infrastructures pour l’Afrique de l’Est (EAC-BIN). Il a connecté cinq Etats partenaires de la CEA que sont le Burundi, le Kenya, le Rwanda, la Tanzanie et l’Ouganda et a permis aussi la liaison avec les centres de transit internationaux à travers les systèmes de câbles sous-marins à fibres optiques.

Nouvelle impulsion. Pour le président sénégalais, il faut combler le déficit des infrastructures pour assurer le progrès économique et le développement durable du continent. L’agriculture est un levier pour la transformation économique du continent à travers l’intégration des chaînes de valeurs en faveur des femmes et des enfants et la création d’emplois, a souligné Macky Sall.
Pour lui, il faut surtout orienter les programmes de l’Afrique vers l’industrialisation car le continent dispose de potentiels pour stimuler la production.
Il a fait un plaidoyer en faveur du développement des ressources humaines et la valorisation des atouts du continent. Le développement de l’énergie est également un impératif pour le développement du continent, a indiqué Macky Sall qui a souhaité la mise en œuvre rapide du fonds de soutien de l’électrification en l’Afrique afin de donner une nouvelle impulsion aux efforts en faveur du bien-être des populations.
Macky Sall a également souhaité que l’Agence du NEPAD recentre ses activités pour donner une nouvelle orientation à l’intégration de l’Afrique.
« Au prochain sommet du G20, l’Afrique plaidera pour la mise en place d’un dispositif mondial favorisant le transfert des technologies et des connaissances qui tiennent compte des spécificités du contient », a annoncé Macky Sall. Au cours de leurs travaux, les chefs d’Etat et de gouvernement ont essentiellement abordé les questions économiques au sein du continent, le financement du NEPAD et le renouvellement des instances dirigeantes de l’UA. Les dirigeants ont convenu d’accélérer l’industrialisation du continent en mettant l’accent sur les potentialités agricoles afin de réduire les exportations de matières premières évaluées annuellement à plus de 35 milliards de dollars soit 17 500 milliards de Fcfa, a expliqué le ministre de l’Economie et des Finances, Boubou Cissé.
De même, les chefs d’Etat ont examiné tous les défis et obstacles liés au développement des infrastructures de base notamment énergétiques, de télécommunications ou encore routières. La disponibilité des ressources humaines pour répondre aux besoins de formation sur le continent a été aussi au centre des échanges. Ces programmes au niveau continental ou régional vont être traduits dans les politiques sectorielles par les Etats membres.
Les chefs d’Etat ont unanimement loué les efforts de la BAD dans l’atteinte des objectifs du NEPAD. Dans le cadre du NEPAD, notre pays est en train, par exemple, de mettre en œuvre un programme de près de 200 milliards de Fcfa pour le développement de l’énergie dans toutes les régions, a indiqué le ministre de l’Economie et des Finances.
Créé en 2001, NEPAD est axé sur trois objectifs : promouvoir la croissance accélérée et le développement durable, éradiquer la pauvreté généralisée et extrême, et mettre fin à la marginalisation de l’Afrique dans le processus de mondialisation.

Envoyés spéciaux
B. C
N. S

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here