République du Mali : Le régime fantoche vu par l’Opposition

L’Opposition Démocratique et Républicaine a animé, samedi 16 juillet 2016, une conférence de presse sur les évènements de Gao qui avaient pour raison : les autorités intérimaires. Présents à cette conférence, tous les leaders des partis politiques de l’opposition (Soumaila Cissé de l’Urd et chef de file, Tiébilé Dramé du Parena, Modibo Sidibé des Fare Anka-Wuli, Sadou Diallo du Pdes) ont rendu IBK et son Gouvernement responsables du massacre des braves jeunes de Gao. Dans leurs raisonnements, la République du Mali est tout simplement  gérée par un régime fantoche.

Le ton de cette conférence de presse a été donné par le chef de file de l’Opposition, Soumaila Cissé. Après avoir demandé à l’assistance d’observer une minute de silence en la mémoire des jeunes victimes de la manifestation  de Gao, il a indiqué que l’opposition a tiré sur la sonnette d’alarme par rapport  à la mise en place des autorités intérimaires. « Malgré cela, le Gouvernement a préféré signer le 19 juin 2016 en toute clandestinité avec les groupes armés un document intitulé “Entente” qui précise les modalités pratiques pour la mise en place des autorités intérimaires », a-t-il regretté. Avant d’expliquer qu’il ressort de ce document, outre les attributions des autorités intérimaires, que le calendrier de leur installation s’étend du 15 juillet au 25 août 2016. « Contrairement à la loi portant institution des autorités intérimaires et son décret d’application, l’Entente nous parle de la mise en place des autorités intérimaires uniquement dans les collectivités territoriales des 5 régions du nord (Gao, Tombouctou, Kidal, Menaka et Taoudenit ). Quid des autres régions du Mali? », S’interroge le chef de file de l’Opposition.

Selon l’Opposition, aucune consultation de la classe politique ni de la société civile n’a été menée en vue de les associer à l’élaboration du document de ladite “ENTENTE”, ni à sa tentative de mise en œuvre. C’est pourquoi, explique le président Cissé, se sentant marginalisés, des jeunes de Gao ont organisé une marche pacifique le mardi 12 juillet 2016 pour manifester leur mécontentement et demander leur implication dans la gestion de leur cité. Quoi de plus normal !!! Malheureusement, regrette-il, cette protestation a vite tourné au drame. De jeunes manifestants ont été fauchés par des balles tirées par des forces de l’ordre maliennes. Le bilan est lourd: au moins trois morts, 32 blessés et une vingtaine d’arrestations parmi les leaders des jeunes manifestants.

IBK et son Gouvernement responsables

En effet, les chefs des partis politiques de l’opposition disent tenir pour responsables de ces évènements tragiques IBK et  son Gouvernement : « C’est bien l’aveuglement, l’entêtement et l’autisme du Gouvernement qui sont à l’origine de la tension et des morts de Gao », ont-ils indiqués. Avant d’ajouter : « Depuis une année, les Partis de l’opposition politique appellent le Gouvernement à tenir des concertations pour une appropriation nationale de l’Accord de paix afin d’en faciliter la mise en œuvre. Depuis des mois, ils exhortent le Gouvernement à la raison et au dialogue. Malheureusement, ces appels ont été accueillis comme d’habitude par le mépris ».

Et le président des Fare Anka-Wuli, Modibo Sidibé de dire : « nous avons dit aux autorités que l’Accord, tel que conçu, n’apporte aucune solution politique d’avenir pour le Mali et son peuple en entier. Cet accord ne traite pas des questions fondamentales : le terrorisme, le narcotrafic, les données socioculturelles…Par contre, il comporte les éléments qui mettent en cause la Constitution du Mali et les valeurs de la République ». A l’en croire, les autorités intérimaires sont venues en catimini. Si on veut aller véritablement à une paix durable, l’approche doit être globale et il est nécessaire de faire une refondation de l’Etat. « Nous disons que la seule initiative possible et robuste pour aller vers la paix, c’est d’aller vers un débat public entre Malien. Personne n’a le monopole de la paix,  c’est en discutant entre malien qu’on arrivera à une paix durable », a-t-il indiqué.

Même son de cloche pour le président du Parena, Tiébilé Dramé, qui a souligné que depuis trois ans le président IBK et le Gouvernement sont dans une fuite en avant par rapport à la question de la restauration de la paix et de la stabilité au Mali. « Le processus n’a pas été inclusif. Nous avons attiré leur attention. Ils ne nous ont pas écoutés. Ce qui s’est passé à Gao montre à suffisance qu’il n’y a pas eu d’idée inclusive parce que des acteurs majeurs de la vie publique dans la région de Gao ne sont pas d’accord avec ce qui s’est passé… », a-t-il laissé entendre avant d’indiquer : «quand tout le monde est parti et quand l’armée est partie, ce sont ces jeunes qui sont restés à Gao pour défendre la ville contre les occupants. Ils ont joué un rôle important dans la défense de l’intégrité du territoire malien. Alors si eux se dressent aujourd’hui contre une clause de l’accord, cela doit donner à réfléchir pour chacun ».    A l’en croire, le Mali est aujourd’hui dans l’impasse à cause du mépris des appels pressants de l’Opposition par le président IBK. «  L’Accord a été signé au nom du Mali donc il engage l’ensemble des maliens. Nous demandons la tenue  des concertations nationales inter-maliens  autour de l’accord pour une appropriation nationale de l’Accord… », a indiqué le président Dramé.

En définitive selon l’Opposition,  le passage en force de la loi sur les autorités intérimaires, la violation de la constitution et le piétinement par le Gouvernement de la loi à peine votée, la gestion chaotique de la crise du Nord ont provoqué l’indignation et la colère légitime du peuple malien en général, des populations de Gao en particulier.  Aux dires des responsables des partis politiques de l’opposition, la flambée de violence de la marche pacifique de Gao, la montée de la tension à Kidal, l’insécurité rampante en 5ème région, la multiplication des attaques djihadistes contre les FAMAS et les populations civiles sont des signes patents des dangers qui guettent notre Nation, et les autorités semblent être les seules à ne pas percevoir leur gravité.

Et pour conclure, les leaders de l’opposition ont invité le président de la République et le Gouvernement à se ressaisir, à réunir les forces vives du pays afin que tous ensembles, explorent les voies et moyens de sauver le Mali.

Agmour


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here