Chronique: Mon Afrique sur 4 angles

Mali : Boubacar Sawadogo, le lieutenant d’Ansar Eddine Sud arrêté

Boubacar Sawadogo, un des cadres l’un des cadres les plus influents d’Ansar Eddine sud a été cuisiné au Mali. L’homme qui avait pour principale mission d’implanter une cellule terroriste au Burkina est tombé entre les mailles des services de sécurité maliens dans la région de Sikasso.

Cet homme a été identifié comme étant l’auteur de l’attaque contre la gendarmerie de Samorogouan (sud-ouest du Burkina), qui avait coûté la vie à trois gendarmes le 9 octobre 2015.

Ce burkinabé arrêté au Mali pourrait être extradé dans les prochaines heures parce qu’a en croire les première bribes d’informations Ouagadougou a dépêché à Bamako une délégation spéciale, composée d’un magistrat et de responsables de la sécurité, pour demander son extradition.

Soudan du Sud : Après les affrontements meurtriers, l’UA compte déployer ses troupes

Les affrontements meurtriers qui ont fait 300 morts à Juba en quelques semaines ne laissent pas de marbres les dirigeants de l’union Africaine. Ceux-ci ont réclamé le déploiement d’une nouvelle force de maintien au Soudan du Sud.

« Les soldats des Nations unies n’ont pas pour mission d’imposer la paix » aux belligérants sud-soudanais » a précisé Smail Chergui, le commissaire chargé de la paix et de la sécurité à l’Union africaine.

Pour certains observateurs, le déploiement d’une force d’appui et de maintien de la paix s’impose d’autant que la signature d’un accord de paix entre les deux dirigeants Salva Kiir, et son vice-président, l’ancien chef de la rébellion Riek Machar n’a toujours pas produit les effets escomptés.

Sénégal : Enquête sur le Protocole de Rebeuss, l’Etat recule

Le « Protocole de Rebeuss » c’est une négociation malsaine qu’aurait entretenu l’ancien président de la République du Sénégal, Me Abdoulaye Wade avec son ancien Pm alors détenu à la prison de Rebeuss pour avoir volé 74 milliards de FCFA.

Pour négocier sa sortie de prison en 2006, Idrissa Seck aurait signé un document qui aurait convaincu le président d’alors qui l’a libéré.

Seulement les clauses de grosses affaire d’argent restent floues aux yeux des sénégalais.

C’est ainsi que le procureur de la République s’était auto-saisi dans l’affaire dite « Protocole de Rebeuss ». Seulement, de sources sûres, nous apprenons qu’il a été refroidi dans son élan par le Palais de la République.

Selon certaines indiscrétions, l’Etat du Sénégal a préféré mettre pédale douce du moins pour le moment.

Il a été demandé au Procureur de la République près le tribunal de grande instance de Dakar, Serigne Bassirou Guéye, de ranger le dossier dans les tiroirs jusqu’à nouvel ordre.

Et naturellement toutes les auditions prévues ce mardi seront annulées.

RDC : l’opposition pose des conditions pour sa participation au dialogue

Les représentants de l’opposition congolaise ont profité de leurs rencontres avec les responsables français de la direction Afrique du ministère des Affaires étrangères, les représentants de l’UE, des Usa et de l’Allemagne pour exposer la situation politique de leur pays.

Selon une information venant d’une source proche de la délégation, il a été aussi question de poser les conditions de participation au dialogue qui cristallise l’attention et divise la classe politique de leur pays.

Entre autres conditions, les membres de la délégation de l’opposition congolaise, ont demandé la mise en œuvre officielle de la médiation élargie, le respect de la résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations unies et le départ du président Joseph Kabila, en décembre prochain.

Arrivé au pouvoir en 2001, Joseph Kabila dont la constitution n’autorise plus de se représenter, a reçu le soutien de la Cour constitutionnelle, pour rester au pouvoir au-delà de 2016, en cas de non organisation d’une élection présidentielle.


Afrique360

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here