Pour soigner l’image de la communication présidentielle: Le Mouvement le Mali en Marche s’active

Pour bien soigner l’image de la communication présidentielle, le porte- parole du Mouvement le Mali en Marche, Youssouf Guindo était face aux hommes et femmes de médias, le 16 juillet 2016 à l’hôtel Faso pour d’édifier l’opinion nationale et internationale sur les réalisations du président de la république depuis septembre 2013 à nos jours et les sujets brûlants de l’actualité.
D’entrée en jeu, le bouillant porte parole du Mouvement le Mali en marche, Youssouf Guindo a révélé que les réalisations du président IBK sont passées inaperçues depuis sa prise de fonction. Pour Youssouf Guindo les maliens ne sont pas au courant en ce qui concerne la problématique de l’emploi. Il a rappelé que lors de la campagne présidentielle de 2013, IBK a promis de créer 200 000 emplois.
Selon lui, les derniers chiffres émanant du ministère de l’emploi font état de la création de 116 388 emplis formels, entre le mois de novembre 2013 à mars 2016, soit un taux de réalisation de 58%, cela dans un contexte socioéconomique, politique, sécuritaire difficile hérité par IBK qui est à féliciter et à encourager. S’agissant de la résolution 2295 du conseil de sécurité des Nation Unies, le porte parole du Mouvement dira que grâce au leadership du président IBK, la plaidoirie du premier ministre au siège des Nation Unies a porté ses fruits.
Il s’agit de renforcer de l’effectif et la capacité de riposte immédiate de la Minusma. Parlant des autorités intérimaires, le conférencier a précisé que la volonté de mettre en œuvre les recommandations des Etats généraux de 2013 qui ont préconisé une décentralisation poussée pour répondre aux besoins des populations. La mise en place des autorités intérimaires est une réponse appropriée pour la préparation des futures élections, a-t-il expliqué.
« Les compétences des autorités intérimaires sont d’assurer la remise en marche et le fonctionnement des services sociaux de base ; de programmer et de coordonner la mise en œuvre des actions de développement et de relance économique, sociale et culturelle ; de participer à la révision des listes électorales », a-t-il souligné. Et d’ajouter que son Mouvement ne voit pas en en quoi la mise en place des autorités intérimaires pourrait être une menace pour le processus de la paix et désobéissance civile.

Moise

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here