Sortie de crise au nord du Mali : CMA-Plateforme : nouvelle entente secrète sans l’Etat du Mali

Une entente secrète lie désormais la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et la Plateforme, récemment réunies à Niamey (Niger) en l’absence de l’Etat du Mali.
Officiellement, la rencontre de Niamey entre la Coordination et la Plateforme le week-end dernier vise à aider à désamorcer la tension qui prévaut à Kidal. De ce fait, les autorités nigériennes en ont fait une préoccupation. D’où l’implication personnelle du Premier ministre du Niger, Brigi Rafini.
Ainsi, les leaders de la CMA et de la Plateforme ont travaillé sur un mécanisme consensuel de gestion locale, en attendant la mise en place des autorités intérimaires et des patrouilles mixtes prévues par l’accord pour la paix et la réconciliation.
A l’issue des travaux, le chef du gouvernement du Niger a donné sa recette. Il a exhorté les parties à s’investir pour atténuer les peines et les souffrances des populations. Pour lui, il est impératif de parvenir rapidement aux arrangements locaux pour faire baisser la tension qui prévaut à Kidal.
Le préalable, à l’en croire ; est le retour progressif de la confiance entre les parties et la création des conditions idoines de la mise en œuvre de l’accord.
Les leçons de Niamey
En se retrouvant dans la capitale nigérienne, la Coordination et la Plateforme mettaient l’accent sur la gestion de la ville de Kidal et surtout voulaient gérer les querelles intestines. Au finish, les deux parties belligérantes sont tombées d’accord sur plusieurs arrangements. Des arrangements sans la partie malienne, reconnaissent les observateurs.
Par exemple sur le plan purement sécuritaire, il est question de la prise des dispositions immédiates pour baisser la tension à Kidal et la gestion collégiale de la sécurité à Kidal y compris les check-points.
S’agissant de la gestion de la cité, une commission régionale de coordination des activités socio-économiques sera installée. Elle sera composée de huit membres équitablement répartis entre la CMA et la Plateforme.
Et pour un partage égal du pouvoir, la commission sera coprésidée par la CMA et la Plateforme. Au même moment, les commissions sectorielles de gestion seront au nombre de six. En pratique, il y aura une gestion consensuelle de différentes commissions retenues lors de la rencontre.
Ainsi, les commissions eau/énergie, assainissement, éducation, santé, humanitaire, communication seront gérées de la façon suivante : la présidence de deux commissions, la vice-présidence de deux autres commissions ainsi que la deuxième vice-présidence des deux restantes seront assurées par la Plateforme tandis que les quatre présidences et quatre vice présidences et quatre deuxième vice présidences des commissions sectorielles vont être dirigées par la CMA.
A la fin de cette rencontre cruciale, c’est la position de l’Etat malien qui n’a été défini alors qu’en la matière, ces questions de gestion de la cité lui reviennent de droit. Un partage de pouvoir et une entente secrète entre la Coordination et la Plateforme, dira un observateur qui compliquera le retour de l’Etat dans les zones que contrôlent les deux mouvements notamment la très convoitée ville de Kidal.
Alpha Mahamane Cissé

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here