Mali : selon le maire de Nampala, « il n’y a aucun militaire dans la ville »

Aba Brahima Ba, le maire de Nampala, a répondu aux questions de Jeune Afrique après l'attaque meurtrière d'un groupe d'hommes armés qui a coûté la vie à 17 soldats maliens dans sa ville, le 19 juillet. Il affirme notamment que les assaillants sont revenus à deux reprises à Nampala et qu'aucun militaire n'est présent sur place malgré l'annonce de renforts par les autorités.

Jeune Afrique : que s’est-il passé à Nampala dans la matinée du mardi 19 juillet ?

Aba Brahima Ba : Le jour de l’attaque, je n’étais pas à Nampala. J’étais en déplacement dans une commune voisine. À 8h du matin, on m’a informé que la ville avait été attaquée à 5h par des hommes armés et que des tirs nourris résonnaient près du camp militaire. Ma fille m’a indiqué que tous les habitants s’étaient cachés chez eux et que des gens de peau blanche étaient en train de se promener armés. Elle m’a aussi dit qu’ils avaient incendié le camp militaire.

Combien de temps a duré cette attaque ?

Les assaillants sont arrivés à bord de pick-up et de motos et sont repartis vers 9h du matin, après avoir incendié le camp et emporté du matériel militaire. Ils sont ensuite revenus le soir, vers 21h, pour brûler tout ce qui ne l’avait pas été dans le camp et dans les différents checkpoints militaires de la ville. Nous avons aussi entendu des détonations au niveau du camp. Et ils sont encore revenus hier soir (mercredi 20 juillet, NDLR), vers 18h30, à bord de deux pick-up et de motos. Ils sont restés un peu, ont brûlé deux véhicules militaires à un checkpoint, puis ils sont repartis.


Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here