Le camp présidentiel se fissure : Pour cause de «dysfonctionnements et de gouvernance»

Le communiqué émanant de l’Alliance Démocratique pour la Paix (ADP-Maliba) est limpide comme de l’eau de roche. Elle ne supporte plus les «dysfonctionnements» de la Majorité Présidentielle et la méthode de «gouvernance». Elle a donc décidé de suspendre sa participation. Certainement par crainte qu’elle n’aille grossir les rangs d’une opposition déjà intraitable, le camp présidentiel est parti à sa rencontre et tenté de le ramener dans le giron. Lisez plutôt le communiqué !

Communiqué de presse relatif à la rencontre entre la CMP et l’ADP-Maliba:

Sur demande de la Conférence des Présidents de la Convention des Partis politiques de la Majorité Présidentielle (CMP), une délégation de l’Alliance Démocratique pour la Paix (ADP-Maliba) a été reçue au siege de la CMP ce Vendredi 22 Juillet 2016 à 16h00. La délégation de l’ADP-Maliba était composée du 1er Vice-Président, du Secrétaire Général, du Secrétaire Politique et du Secrétaire aux Finances. Du côté de la CMP, la délégation était composée du Professeur Mamadou Kassa Traoré, Président du MIRIA, du Premier Ministre Moussa Mara, Président de Yelema, du Professeur Younouss Hameye Dicko, Président du RDS, de Monsieur Moussa Doumbia, Président de l’APM-Maliko, et de Monsieur Assarid Ag Imbarcaouane, Secrétaire Général de l’ADEMA-PASJ.

Les échanges ont porté sur la suspension de la participation de l’ADP-Maliba à la Majorité Présidentielle ainsi que sur la “motion pour le retour aux fondamentaux de notre engagement politique”. Les représentants de la CMP ont expliqué que la Conférence des Présidents les avait mandaté pour rencontrer l’ADP-Maliba dans les meilleurs délais afin de trouver les moyens de lever la mesure de suspension notifiée à la Majorité Présidentielle.

Les représentants de la CMP ont remercié le Comité Exécutif pour avoir répondu à leur invitation. Ils ont ensuite évoqué le contenu des documents qui leur ont été transmis. Les représentants de la CMP ont reconnu la pertinence des arguments détaillés dans les documents du parti, notamment les points relatifs aux dysfonctionnements de la Majorité Présidentielle et la gouvernance.

Les représentants de la CMP ont indiqué que les arguments de l’ADP-Maliba étaient en grande partie partagés mais que, par souci d’unité nationale, il était préférable de maintenir la cohésion au sein de la Majorité. Ils ont alors insisté pour que le Parti reste au sein de la CMP.

Les représentants de la CMP ont souhaité trouver le moyen de corriger les dysfonctionnements ensembles. Ils ont indiqué avoir sollicité une audience auprès du Chef de l’État dans le but de lui faire part des préoccupations des membres de la Majorité Présidentielle.

Pour sa part, la délégation de l’ADP-Maliba a indiqué que son mandat consistait exclusivement à répondre à l’invitation de la CMP afin de recueillir leur réaction suite à la notification de suspension de la participation du Parti. Elle a remercié les représentants de la CMP pour avoir reconnu la pertinence des arguments évoqués dans la Motion de l’ADP-Maliba.

La délégation de l’ADP-Maliba a ensuite indiqué que le Parti est à présent dans un processus démocratique interne qui a débuté le 12 Juillet et qui devrait se clore le 29 Juillet 2016 au plus tard. Il s’agit des consultations nationales de l’ensemble des structures de base du parti.

La délégation de l’ADP-Maliba a indiqué que, conformément à la demande de la base, le Comité Exécutif a donné mandat aux premiers responsables de ses coordinations régionales pour discuter du retour aux fondamentaux de notre engagement politique avec l’ensemble des militants. Elle a indiqué avoir pris bonne note des échanges du jour et a affirmé qu’un compte-rendu fidèle sera fait au Comité Exécutif du parti. La délégation de l’ADP-Maliba a terminé en expliquant qu’à l’issue des Consultations nationales, la position définitive du Parti sera notifiée à la CMP.

Avant de lever la séance, mention a été faite des douloureux événements de Kidal et de Nampala. Chacun a déploré les pertes humaines et la détérioration de la situation sécuritaire et a lancé un appel à la fin des hostilités.

Bamako, le 22 Juillet 2016

Le Secrétaire Politique

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here