Report du meeting des jeunes revendiquant les 200 000 emplois promis par IBK : Les organisateurs dénoncent la politique de deux poids deux mesures des autorités maliennes

Prévu pour le samedi 23 juillet 2016 au Stade Mamadou Konaté, le meeting de Bi-ton (association d’aujourd’hui), regroupant plus de 40 associations pour revendiquer les 200 000 emplois promis par le Président de la République Ibrahim Boubacar Kéita, a été reporté. Les autorités maliennes n’ont pas autorisé le meeting pour raison d’état d’urgence et de deuil national après le massacre de 17 soldats maliens tués à Nampala. Les jeunes qui sont à l’initiative de l’événement dénoncent la politique de deux poids deux mesures des autorités maliennes, car le même jour, la même problématique a réuni les autorités maliennes et des jeunes au pavillon du Palais des sports. « On assiste amèrement à l’utilisation des lois pour museler les mouvements de jeunes pour ne pas se faire entendre dans une démocratie », a déclaré Bréhima Khalil Touré, un responsable de l’association.

Cela fait plusieurs mois que l’association Bi-ton organise son grand meeting pour revendiquer les 200 000 emplois promis par le président de la République aux jeunes. A la veille du jour J, les leaders de l’association ont été surpris de constater que leur meeting a été annulé par les autorités compétentes alors que le même jour, dans la matinée, plusieurs jeunes, à l’initiative des autorités maliennes, se sont retrouvés au pavillon du Palais des sports pour magnifier la politique d’emploi du président de la République. Selon Bréhima Khalil Touré, un leader de l’association, cela constitue une politique deux poids deux mesures : « Ils ont empêché notre meeting. Et pourtant, ce matin, un autre meeting a eu lieu au Pavillon des sports sur le même chômage des jeunes.

Donc, il y a deux poids, deux mesures ». «C’est le vendredi soir vers 23 h 30 mn que nous avons reçu de la part du gouvernorat l’interdiction de tenir le meeting pour raison d’état d’urgence et de deuil national. Le directeur du Stade Modibo Kéita nous a aussi indiqué qu’il a réussi des instructions fermes de la part de son ministre de tutelle (ministre des sports), de casser son contrat avec nous afin de ne pas tenir le meeting. En bon démocrates et républicains, on s’est dit de respecter les lois de la République. Ce qui justifie notre présence ce soir ici pour informer les gens du report du meeting», a déclaré Bréhima Khalil Touré.

Nous voulions le tenir, indique –t-il, car les chiffres avancés par la directrice nationale de l’emploi et le ministre de l’emploi et de la formation professionnelle, ne sont pas convaincantes. « Ils disent qu’ils ont crée environ 166 388 emplois. Et pourtant à Bamako et dans le reste du pays, les « grins » sont remplis des jeunes chômeurs. », ajoute-t-il. « On sait que l’état d’urgence est utilisé pour arrêté les cas d’urgences au Mali. Car le chômage aujourd’hui est un sérieux problème à prendre au sérieux par les autorités compétentes. Mais on assiste amèrement à l’utilisation des lois pour museler les mouvements de jeunes pour ne pas se faire entendre dans une démocratie. Sinon, au moment qu’on empêche notre meeting, celui un autre tenu au Pavillon des sports sur le même chômage des jeunes. Donc, il y a deux poids, deux mesures », déplore Bréhima Khalil Touré. Si pour les autorités, le meeting a été annulé, les responsables, eux, soutiennent que c’est juste un report.

Hadama B. Fofana

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here